Accueil > Gironde > Libournais > Gensac

Gensac

Fief de la famille d’Albret, Gensac devient vite un important refuge pour les protestants. Les conflits religieux, qui sont particulièrement violents dans la commune, n’ont heureusement que peu de conséquences sur le développement de Gensac.

Occupé dès la période gallo-romaine, le village de Gensac prend une dimension plus importante lorsqu’il entre dans les possessions de l’ambitieuse famille d’Albret, au XIIIe siècle.

Par intérêt, ils sont dans un premier temps favorable à la cause anglaise pendant la guerre de Cent Ans, mais la situation se retourne. Ils font alors allégeance au roi de France Charles V qui leur offre la place convoitée de connétable de France. Cette trahison vis à vis du roi d’Angleterre leur vaut de perdre Gensac en 1448, qui passe alors à Gaston de Foix, vicomte de Castillon. Néanmoins, le sacrifice est de courte durée puisque la France récupère Gensac à la fin de la guerre. Le fief est donc rendu aux Albret qui accèdent bientôt au trône de Navarre.

Le calme que connait Gensac ne dure cependant pas longtemps, car les Albret sont parmi les premiers à embrasser la cause protestante. La majorité des habitants les imitent, mais la répression royale est impitoyable. Catholiques et protestants se combattent alors avec acharnement.

Le pays est ravagé par Montluc et ses troupes qui mènent le siège de Gensac en 1575. L’apaisement vient finalement des Albret. En effet, Jeanne d’Albret étant la mère d’Henri IV, une grande partie des notables de la région suivent le nouveau roi et se convertissent au catholicisme.

Plus tard, les hostilités reprennent sous Louis XIII et se poursuivent sous le règne de Louis XIV.

En 1684, un arrêt du Conseil d’État ordonne la fermeture du temple de Gensac et des assemblées clandestines de réformés ont alors lieu au Désert , en dépit du danger.

Malgré ces événements, l’économie de Gensac résiste bien, en partie grâce à son port sur la Dordogne : l’artisanat, la viticulture, ainsi que les péages et le transport des vins, de la pierre et du bois sur la Dordogne apportent des revenus, voire la fortune.

Sous le second Empire, l’essor de la batellerie sur la Dordogne renforce encore la position économique de Gensac. Les chemins de halage sont régulièrement entretenus pour faciliter le passage des chevaux et des boeufs qui tractent les gabarres lorsqu’elles n’utilisent pas leurs voiles.

Enfin, en 1875, c’est le chemin de fer qui prend le relais de la navigation fluviale avec la liaison de Gensac à Bordeaux et Bergerac.

L’histoire riche de Gensac et son patrimoine parfaitement conservé valent à la commune d’être classée en village ancien par le conseil général depuis 1993.


Commune

  • Code postal : 33186
  • Nom des habitants : Gensacais, Gensacaises
  • Superficie : 938 hectares
  • Population : 800 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune provient peut-être du latin gens, peuple , famille , ou de l’anthroponyme romain Gentius.

    Le blason comporte la devise Gens acutat tenet , le peuple tient avec fermeté .


Informations pratiques

Mairie de Gensac : 05.57.40.42.37

Office de tourisme de Castillon-la-Bataille : 05.57.40.27.58


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Michel de la Torre (1990). Gironde, guide complet de ses 542 communes, RIS, BibTeX.

Patrick Epron (1998). Dictionnaire de l’origine des noms de lieux en Gironde, RIS, BibTeX.

Max Bonaval Histoire de Gensac de la préhistoire à nos jours, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite