Accueil > Landes > Adour Chalosse > Gaas

Gaas

Pays du poète Jean Rameau, la commune de Gaas tient son importance de sa commanderie de l’Ordre pendant des siècles.

L’histoire de l’occupation de Gaas est probablement ancienne. On effet, une motte dotée de fossés et de retranchements y ont été découverts. La commune se développe considérablement au Moyen Âge, période où naît l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Au départ, le but de l’ordre est essentiellement évangélique. Mais très vite, une double vocation se met en place, à la fois religieuse et militaire, comme chez les Templiers.

Les commanderies de cet ordre visent essentiellement à tirer profit des possessions offertes par la noblesse et réunir ainsi les subsides nécessaires afin d’asseoir la puissance de l’Ordre. Les terres reçues sont organisées en commanderies, elles-mêmes regroupées en prieurés et grands prieurés. Le système mis en place par l’ordre de Saint-Jean se perpétue, devenant presque un passage obligé pour les enfants de l’aristocratie. Seul le nom change : ordre de l’Hôpital, ordre de Rhodes puis enfin ordre de Malte.

Pendant des siècles, l’histoire de la commune de Gaas est intimement reliée à celle de la commanderie de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y est fondée. Les règles de l’Ordre y sont fermement défendues. Ainsi, quand en 1379 un châtelain tente de s’opposer au droit des chevaliers, la hiérarchie est aussitôt rétablie par l’intervention d’un lieutenant du roi d’Angleterre. La Révolution frappe évidemment l’organisation, dont tous les biens français sont confisqués. Le grand prieuré de France est dissout en 1792. Gaas s’affranchit alors de l’Ordre.

Village essentiellement agricole, Gaas possède des terres fécondes. Son économie repose sur des activités diverses. On y pratique aussi bien la culture des vignes et du maïs que l’élevage de canards gras. Jusqu’au début du XXe siècle, Gaas est en outre réputée pour ses potiers qui fabriquent la « pega », la traditionnelle cruche basse des Landes.

La commune de Gaas est aujourd’hui connue de la communauté scientifique pour ses fossiles d’animaux marins datant de l’ère primaire.


Commune

  • Nom des habitants : Gaassois, Gaassoises
  • Superficie : 913 hectares
  • Population : 364 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    Les origines toponymiques de Gaas demeurent à ce jour obscures.


Informations pratiques

Mairie de Gaas : 05.58.98.30.51

Office de tourisme de Habas : 05.58.98.04.56

Office de tourisme de Pouillon : 05.58.98.38.93


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et visages des Landes au début du XXe siècle, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, Landes et bas-Adour, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (1995). Carte archéologique de la Gaule, Landes, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite