Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Fraisse

Fraisse

Fraisse est une commune rurale avant tout remarquable pour sa surface boisée. En effet, les 4/5e de son territoire sont plantés de pins maritimes ou encore de chênes.

Bien que le nom de la paroisse n’apparaisse pour la première fois que dans un pouillé du XIIIe siècle, il est très probable que les lieux soient occupés du Paléolithique inférieur au Néolithique, au vu des pierres taillées trouvées en divers endroits de la commune.

Non loin de la route départementale D13, on trouve un gué et une travée pouvant être sur l’ancien tracé d’une route gallo-romaine. D’ailleurs, l’ancienne église est probablement située près de cet endroit, comme la plupart des lieux de culte érigés par les disciples de saint Martin. Ils étaient en effet édifiés à la place d’anciens lieux de cultes païens, que l’on dit eux-mêmes situés près d’une source et d’une voie romaine.

On peut encore distinguer l’ancienne motte féodale de Rieutort, sur la parcelle actuellement appelée « le Château », à proximité de laquelle on trouve un moulin à eau qui n’est plus en activité depuis 1668.

Fraisse dépend de la Châtellenie de Mussidan et de ses seigneurs, dont les Caumont et les La Force. L’emprise religieuse est très importante à Fraisse. Elle est donnée aux Templiers, entre 1139 et 1142, puis, au moment de leur condamnation, le 13 octobre 1307, à l’Ordre de Malte.

Pendant la Guerre de Cent Ans, Fraisse n’a pas de curé, et quand Nicolas Tenent tente de prendre cette place en 1489, il se heurte à la résistance des habitants, notamment quand il s’agit de percevoir la dîme. De même, Jacques Tardieu a bien du mal à récupérer cet impôt au moment de la révocation de l’édit de Nantes, en 1685, car de nombreux habitants se sont convertis entre temps au protestantisme-comme le prouve le caveau privé, appartenant à la famille Dessaigne-Lajonie.

Sous le Premier Empire, un forgeron conscrit refuse de se rendre à l’appel et se cache au lieu-dit qui a pris son nom : le Pin du Forgeron.

En 1861, le conseil municipal demande à ce que la ligne de chemin de fer passe à proximité du village et de ses importants vignobles et exploitations forestières.


Commune

  • Nom des habitants : Fraissois, Fraissoises
  • Superficie : 2152 hectares
  • Population : 152 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    le Rieu tord, la Lidoire et la Gouyne

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune vient du latin fraxinus qui signifie « frêne ». Son blason représente une croix de Malte surmontant un frêne. Cette croix rappelle le fait que les biens de la paroisse furent donnés, au XIVe siècle, à l’Ordre Saint-Jean-de-Jérusalem, aussi appelé Hospitaliers ou Ordre de Malte.


Informations pratiques

Mairie de Fraisse

Tel. / fax : 05.53.58.07.96

Heures d’ouverture : mardi de 9h00 à 12h00, jeudi de 13h00 à 17h30.

Syndicat d’initiative de La Force : 05.53.73.29.62

Ouvert les mois de juillet et août.

Site Internet :

http://www.pays-de-bergerac.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Mme Raffaillat Monographie de 1912, RIS, BibTeX.

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des Châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Croix de Verrière

    Sur la commune de Fraisse, on trouve une croix placée derrière une clôture, à l’intérieur d’un terrain situé au lieu-dit de la Verrière. L’endroit porte (...)

    Dordogne - Fraisse
  • Croix du bourg et monument aux morts de Fraisse

    La croix du bourg de Fraisse est une croix latine implantée sur le monument aux morts de la Guerre 1914-1918.
    Cet édifice est composé de ciment (...)

    Dordogne - Fraisse
  • Église Saint-Martin

    L’implantation à Fraisse d’une paroisse dédiée à Saint Martin de Tours est très certainement antérieure au Haut Moyen Âge, notamment parce que ce saint (...)

    Dordogne - Fraisse

Partager cette visite