Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Sainte-Mondane > Four banal de Sainte-Mondane

Four banal de Sainte-Mondane

Le dernier four banal de Sainte-Mondane est abrité dans une maison du village. Symbole du pouvoir seigneurial, le four banal est ainsi dénommé, car son usage est soumis à l’acquittement d’un impôt, les banalités.

Parfaitement conservé, le four banal de Sainte-Mondane possède une voûte de brique, surmontée d’une ouverture plein cintre en pierre. Symbolisant le pouvoir féodal, certains fours banaux sont détruits durant la Révolution française, après la nuit du 4 août 1789 qui scelle l’abolition des privilèges. Cependant, celui de Sainte-Mondane échappe à la destruction.

Au Moyen Âge, la personne chargée de faire le feu, de le maintenir grâce à des sarments de genêt bien secs et de cuire le pain est le fournieri. Il récupère aussi la cendre utilisée pour laver le linge. Il reçoit de chaque foyer un pain en salaire. Le jour de pain est jour de fête, moment essentiel de socialisation et de convivialité villageoise.

Au Moyen Âge, le seigneur permet aux paysans d’utiliser collectivement son four contre un impôt, exerçant ainsi son droit de ban. L’usage du moulin et du pressoir est également soumis aux banalités, taxes obligatoires dont la communauté doit s’acquitter en échange de la protection militaire du seigneur. Il est en effet le seul chevalier, avec ses vassaux, en droit de porter l’épée contre pillards et soldats ennemis.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(2000). Petit Patrimoine rural du Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

, RIS, BibTeX.


Partager cette visite