Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Thiviers > Faïences de Thiviers

Faïences de Thiviers

La présence de trois plots d’argile dans la localité donne naissance à la faïencerie de Thiviers. De plus, la région est riche en minéraux servant à la fabrication de colorants (ocres, oxydes de fer et de manganèse, pierre de Pérouse).

Plusieurs industries ont longtemps fonctionné grâce à ces matières premières : deux tuileries à Saint-Jacques, une petite faïencerie au Colombier et une tuilerie à Saint-Paul.

En 1755, Nicolas Dubourvieu établit son atelier au centre de Thiviers. En 1789, il fabrique environ 5 000 pièces, réputées pour la beauté de leur émail. Le bleu de Thiviers est en effet très célèbre.

La fabrique est ensuite transférée au lieu-dit L’Auberge de la Maison en vue d’un agrandissement. Une plus grande proximité des matières premières joue également dans cette décision. En 1862, la faïencerie déménage encore, à la Croix de Saint-Jacques cette fois. Elle y reste jusqu’en 1919, date à laquelle elle est vendue pour être convertie en maison d’habitation.

Ce sont surtout des pièces utilitaires qui y étaient produites, comme de la vaisselle courante.

Aujourd’hui, une association fait revivre la faïence de Thiviers et propose une exposition permanente à la mairie.


Patrimoine

  • Propriétaire : Commune
  • Types > Objets, mobilier > Production
  • Précisions sur la datation :

    Établissement de l’atelier de Nicolas Dubourvieu : 1755
    Transfert à la Croix de Saint-Jacques : 1862


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean Parrot (1987). Thiviers : de jadis à aujourd’hui, RIS, BibTeX.


Partager cette visite