Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Sainte-Sabine-Born > Ensemble fortifié de Cugnac

Ensemble fortifié de Cugnac

A Sainte-Sabine-Born, le château de Cugnac, dont le premier propriétaire connu est Marguerite de Turenne, seigneur de Bergerac et de Genciac en 1272, connaît une histoire mouvementée. De la forteresse médiévale, possédant une basse-cour et entourée de fossés, ne subsiste plus qu’une motte. Mais les écuries sont encore bien conservées.

Au XIIIe siècle, Marguerite de Rudel, dite de Turenne, mariée pour la seconde fois, se trouve aux prises avec le duc d’Aquitaine, roi d’Angleterre. Elle s’insurge contre les violences que lui auraient fait subir les gens du roi, et se plaint d’avoir été dépossédée de ses terres de Bayac et de ses dépendances.

Pour régler le conflit qui s’éternise, elle demande de l’aide au roi de France. Le roi d’Angleterre, pour se venger, lui enlève alors le château de Cugnac. Heureusement, grâce aux nombreux services rendus aux rois d’Angleterre par son mari, et le fait qu’elle renonce à faire appel au Parlement, le château lui est rendu.

Situées sur le rebord d’un vallon près duquel coulent la Bournègue et la Serve, les écuries occupent la partie est. On peut encore voir une vaste galerie horizontale, surmontée d’une voûte cintrée sur toute sa longueur.

En descendant quelques marches, on accède à une salle souterraine taillée dans la roche, comportant un pilier imposant et une réserve d’eau. Une baie, agrandie récemment, offre une belle ouverture sur la vallée.

Nous ne retrouvons trace de la demeure dans des documents qu’à la fin du XVIe siècle. En 1727, un inventaire du château est transcrit, ce qui permet d’établir que les meubles et biens du château sont en triste état, mais il semblerait que les biens les plus intéressants aient été transportés au château de la Force.

Après la Révolution, le château sert de carrière de pierres et fournit des éléments de construction, en particulier des poutres, aux habitations des environs. En 1930 est reconstruit le toit des écuries, qui possédait deux pentes fortes.


Patrimoine


Informations pratiques

Ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Serge Avrilleau (1996). Cluzeaux et souterrains du Périgord, RIS, BibTeX.

B. Deluc, G. Mouillace Spéléo-Dordogne n° 20 ; 1966, p.35-36, RIS, BibTeX.

(2002). Les Feuillets du Beaumontois, le passé et le présent du pays beaumontois, RIS, BibTeX.


Partager cette visite