Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Terrasson-Lavilledieu > Église abbatiale Saint-Sour

Église abbatiale Saint-Sour

Bâtie au VIe siècle sur un emplacement choisi par l’ermite saint Sour, l’église abbatiale Saint-Sour de Terrasson-Lavilledieu connaît pendant des siècles une histoire mouvementée.

L’église abbatiale Saint-Sour est bâtie primitivement au VIe siècle. À cette époque, selon la légende, le roi bourguignon Gontran souhaite récompenser l’ermite Sour pour l’avoir guéri de la lèpre et il lui propose de bâtir un monastère. L’ermite fait alors s’envoler deux colombes et décide que le monastère sera bâti à l’endroit où les volatiles se seront posés. Lorsque c’est fait, l’ermite s’exclame : « terra sunt », ce qui signifie « elles sont à terre » et donne le nom de la commune de Terrasson. Le monastère devient dès lors un point d’évangélisation.

Cependant, dès le Xe siècle, l’abbaye est pillée par les Normands. Cela a pour conséquence de déplacer les moines sur l’éperon rocheux de Terrasson. De plus, au fil des années, l’abbaye, comme la commune tout entière, subit les rivalités des seigneurs et des abbés.

Suite à ces troubles, l’église abbatiale Saint-Sour est reconstruite dans un style Renaissance. Au XVe siècle, il comporte une nef unique, un transept avec des chapelles orientées et un large chevet à cinq pans. On peut à cette époque admirer la clé de voûte du chœur frappée aux armes de la famille de Rouffignac, bâtisseur de la nouvelle église. Les travaux sont achevés par Bertrand de La Faye (1520-1540).

Cependant, l’abbaye est de nouveau détruite par les protestants à l’occasion des guerres de Religion. Elle est donc une fois de plus rebâtie au XVIIIe siècle par l’abbé Dussault, qui fait ajouter un presbytère. À la fin du XIXe siècle, l’église subit un énième remaniement, instigué par l’abbé Pergot, qui se consacre au clocher-mur.

Aujourd’hui, la façade de l’église Saint-Sour comporte un portail gothique flamboyant et une rosace récente. Il se termine par un pignon triangulaire à crochets, percé de quatre baies campanaires. L’ensemble est encadré par deux tourelles polygonales couvertes d’un toit pointu. Chacune d’elles abrite un escalier.

Le bras sud du transept est traité comme une petite façade avec un portail évoquant la Renaissance et surmonté également d’une rosace. Par ailleurs, le chevet massif est à pans coupés. Son élévation est rythmée par l’alternance des baies à arc brisé et des contreforts. Enfin, l’ensemble de l’église Saint-Sour est voûté d’ogives.

La totalité de l’église abbatiale Saint-Sour de Terrasson-Lavilledieu est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques par arrêté du 3 mai 2001.


Patrimoine


Informations pratiques

Mairie de Terrasson-Lavilledieu : 05.53.51.47.00


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jacques Gardelles (1992). Aquitaine gothique, RIS, BibTeX.

(1990). “Les annales du Terrassonnais”, in Réédition à l’identique Éditions du Roc de Bourzac (édité par), Histoire et géographie des dix-sept communes du canton de Terrasson, RIS, BibTeX.

Francis Berger (2002). Mémoires en images, RIS, BibTeX.

Gilles Delluc, Jacques Lagrange, Bernard Pienet (1967). Le Périgord Noir, RIS, BibTeX.

Sous dir. Dominique Audrerie, François le Nail (1993). Vieilles Églises en Périgord : les clochers-murs en Périgord, RIS, BibTeX.

René Larivière (1994). L’Église et l’abbaye de Saint-Sour à Terrasson, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite