Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Ligueux > Abbaye de Ligueux > Eglise abbatiale Notre-Dame de Ligueux

Eglise abbatiale Notre-Dame de Ligueux

L’église abbatiale Notre-Dame de Ligueux est reconnue pour son architecture romane.

L’abbatiale Notre-Dame est située dans l’abbaye de Ligueux qui abritait des moniales bénédictines. L’édifice date du XIIe siècle mais il a été restauré plusieurs fois, notamment en 2000, suite aux dommages subits lors de la tempête de 1999.

Cette église est établie selon un plan classique et est entourée de contreforts. Ainsi, elle se compose d’une nef à trois travées voûtée en berceau brisé, d’un transept peu saillant dont le croisillon à l’est est doté d’absidioles en hémicycle, et d’une abside semi-circulaire.

On note la présence dans l’édifice d’éléments architecturaux assez rares dans cette région : les passages berrichons. Ceux-ci permettent le passage entre la nef et les croisillons du transept. Ces croisillons sont voûtés en berceau et la croisée est couverte d’une coupole qui prend appui sur des pendentifs. Elle supporte un fin clocher de plan carré.

Cette église de l’abbaye de Ligueux comporte plusieurs entrées, dont un portail du XVIIe siècle, logé au niveau de la façade. À triple voussure, il est encadré de colonnes qui sont surmontées de chapiteaux romans. La première voussure comporte des ornementations végétales. Un autre portail, situé sur le transept, est muni d’un auvent de pierre.

Par ailleurs, les murs extérieurs de la nef laissent deviner la composition intérieure. En effet, chaque travée est marquée par un arc d’applique brisé percé de baies et situé entre des contreforts plats. En outre, la corniche qui précède le toit contient des modillons sculptés de qualité.

Une partie de la nef, non restaurée, sert de bûcher. En revanche, les premières travées, le transept, ses absidioles, ainsi que l’abside sont toujours voués au culte. La richesse de cet édifice religieux de Ligueux contribue fortement à l’inscription de l’ensemble du site de l’abbaye par les services des Monuments Historiques en 1951.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Pommarède (2002). Richesses insoupçonnées. Le Périgord des églises et des chapelles oubliées. Tome I, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite