Accueil > Lot-et-Garonne > Dropt > Duras

Duras

Dominant la vallée du Dropt, l’ancienne bastide de Duras s’est développée au Moyen Âge autour de son imposant et majestueux château du XIIe siècle.

Jusqu’au XIIe siècle, la population se concentre sur le bas du coteau, au lieu-dit de Saint-Eyrard. De nombreux vestiges antiques (villa, débris de tuiles, fragments de monnaies, etc.) témoignent d’une occupation gallo-romaine. Les fouilles archéologiques ont également mis à jour une nécropole mérovingienne sur ce site.

L’histoire de la ville est étroitement liée à celle de son château construit au XIIe siècle par le vicomte de Bézaume, premier seigneur de Duras. Bâti sur les hauteurs du coteau, l’édifice veille sur les terres des ducs de Duras et la vallée du Dropt. Saint-Eyrard disparait alors petit à petit, alors que Duras se développe et prend la forme d’une bastide (ville nouvelle fortifiée), créée à des fins militaires et économiques dans le contexte des rivalités franco-anglaises. Le château est situé à l’extrémité du promontoire, tandis que la ville est fermée du côté du plateau par une porte fortifiée, dite Tour de l’Horloge. Ce vestige des anciennes fortifications, classé Monument Historique, est encore bien visible aujourd’hui.

Si les fortifications ont permis de préserver Duras lors des nombreux conflits entre les seigneurs français et anglais, avant et pendant la Guerre de Cent Ans, il en va bien autrement au XVIe siècle avec les guerres de Religion entre catholiques et protestants. Celles-ci causent de terribles dégâts et affaiblissent considérablement la ville de Duras, au cœur des conflits puisque Jeanne d’Albret, mère d’Henri IV, en fait son bastion contre les troupes de la catholique Catherine de Médicis.

C’est au cours du Premier Empire (1804-1814) que les fortifications de la ville sont détruites. S’en suit alors une véritable invasion de loups qui terrorisent la population et font de cette période, un épisode particulièrement meurtrier de l’histoire de la commune.

La ville de Duras reste aujourd’hui célèbre pour ses vins corsés et robustes, les cotes-de-duras, qui bénéficient d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1937.


Commune

  • Nom des habitants : Duraquois, Duraquoises
  • Superficie : 2017 hectares
  • Population : 1159 habitants (2009)
  • Cours d'eau :

    le Dropt

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Duras provient du mot celte Dur qui signifie "forteresse, maison forte". Le suffixe -as indique la présence en ce lieu. Duras signifie donc "forteresse à cet endroit".


Informations pratiques

Mairie de Duras : 05.53.83.70.18

Office de Tourisme de Duras : 05.53. 83.63.06


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jammes Constant, René Blanc. Communauté de communes du pays de Duras (1996). Pays de Duras, l’attrait de l’authentique, RIS, BibTeX.

H.D. Guyot (1989). Château des ducs de Duras et la ville, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite