Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Priest-les-Fougères > Docteur Léon Sireyjol

Docteur Léon Sireyjol

Léon Sireyjol est le fils d’un instituteur de Saint-Priest-les-Fougères et d’une mère issue d’une famille de paysans aisés possédant trois métairies dans la commune.

Très bon élève, Léon Sireyjol part au lycée de Périgueux après avoir fréquenté l’école primaire de Saint-Priest dirigée par son père. Il fait ensuite des études de médecine à Bordeaux et à Montpellier.

En 1888, installé médecin à la Coquille il se présente aux élections municipales à Saint-Priest et les remporte dès le premier tour avec 74 % des voix. À 27 ans il devient le plus jeune maire de France, sous l’étiquette républicaine.

En 1890, il épouse, à Saint-Pardoux-la-Rivière, mademoiselle Duvoisin, fille de l’ancien maire de Saint-Pardoux, municipalité qu’il dirigera longtemps ensuite. Présent sur les marchés et foires du canton de Jumilhac et Saint-Pardoux, il prend la défense des feuillardiers, des charbonniers et des ouvriers qui ne sont pas encore syndiqués.

Dans le Nontronnais, pays de forges dont le déclin s’accentue, les ouvriers sont des ruraux et Sireyjol, qui parle le patois limousin, est apprécié. Jeune conseiller général, il s’oppose à l’expédition de Madagascar. Président du Conseil Général, il fait accélérer l’électrification des campagnes et la construction des lignes de chemin de fer. Il est partisan de la séparation de l’Église et de l’État, effective en 1905.

En 1914, il est engagé volontaire et nommé médecin-chef d’un train sanitaire. Démobilisé en 1917, il est décoré de la croix de guerre et Chevalier de la Légion d’honneur. Sa carrière politique est une ascension de Saint-Priest-les-Fougères au Palais Bourbon. Parlementaire, il a connu huit présidents de la République et participé à l’élection de sept d’entre eux. Il est maire en 1888, conseiller général en 1895, député en 1902, sénateur en 1921, président du conseil général en 1927.

Tous ces mandats se terminent en 1941, un an avant son décès dans la commune où il est né et a vécu.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Bulletin municipal, RIS, BibTeX.


Partager cette visite