Accueil > Landes > Adour Chalosse > Dax

Dax

Deuxième ville d’Aquitaine à l’époque gallo-romaine, la commune de Dax est alors déjà connue pour ses thermes. Tour à tour romaine, anglaise et française, elle connaît des siècles sombres jusqu’à sa renaissance au XIXe siècle. Elle est aujourd’hui la première station thermale de France, et en août une feria taurine l’embrase pendant plusieurs jours.

Depuis l’Antiquité, Dax est une station thermale réputée. Très prisée par les Romains qui la baptisent Aquae Tarbellicae, elle est, d’après la légende, particulièrement appréciée par l’empereur Auguste, qui y emmène sa fille Julia se baigner dans la Nèhe. Aujourd’hui encore, cette source d’eau chaude attire près de 55 000 curistes par an.

Au IVe siècle, c’est une cité fortifiée prospère. Ses murs épais sont hauts d’une dizaine de mètres, et leur périmètre atteint 1465 mètres. Plus de 40 tours s’y dressent, permettant de surveiller les environs. Au XIXe siècle, dans un souci d’ouverture vers l’extérieur, le château médiéval est démoli et les remparts de Dax, en grande partie détruits.

La ville connaît plusieurs périodes de turbulence. Elle est administrée par les vicomtes de Dax, jusqu’à ce que Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, s’en empare (1177) et en fasse une cité royale. Elle reste anglaise jusqu’en 1451.

En 1189, Pierre de Saint-Paul est le premier à en occuper la mairie, l’une des plus anciennes de France. Passée dans le domaine de la couronne française, Dax devient le théâtre de violences au moment des guerres de Religion du XVIe siècle. Ainsi, Montgomery, chef des Huguenots, met la cité à sac. Les Dacquois subissent aussi des exactions au cours de la Fronde, guerre qui, au XVIIe siècle, oppose les grands nobles à Mazarin. La Révolution française n’épargne pas non plus la ville : une guillotine y est installée, où de nombreux habitants sont exécutés.

La commune de Dax telle qu’on la connaît est conçue au XIXe siècle, où elle renoue avec la prospérité de ses débuts. Elle est aujourd’hui la première station thermale de France, où l’on peut admirer les fières arcades du Splendid Hôtel, fleuron du style Art déco.

Dax est aussi connue pour ses fêtes traditionnelles. À la mi-août, toute la ville s’anime pendant six jours autour d’une feria taurine, où des soirées hautement festives succèdent à des journées d’activités plus familiales.

Au rang des villes landaises les plus riches, l’ancienne cité gallo-romaine à l’opulent patrimoine architectural est aujourd’hui un important pôle économique, siège de la Communauté d’agglomération dacquoise.


Commune

  • Nom des habitants : Dacquois, Dacquoises
  • Superficie : 1938 hectares
  • Population : 19515 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Adour

  • Origine du nom et description du blason :

    Le premier nom de Dax est « Aquae Tarbellicae », qui signifie « les eaux des Tarbelles » en latin. Il se transforme ensuite en « Acqs », puis en « d’Acqs », pour devenir définitivement « Dax ».

    Le blason de la ville représente une tour pour la cité fortifiée, un lion, symbole de l’Aquitaine, et la mer, représentation de l’Adour.


Informations pratiques

Mairie de Dax : 05.58.56.80.04

http://www.ville-de-dax.fr

Office de tourisme de Dax : 05 58 56 86 86

www.dax-tourisme.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et Visages des Landes au début de XXe siècle, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, Landes et bas-Adour, RIS, BibTeX.

Service culturel, Ville de Dax, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite