Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Nojals-et-Clotte > Croix des femmes

Croix des femmes

A Nojals-et-Clotte, on peut voir une croix en bois exotique, au croisillon chevillé à mi-bois et aux embouts pyramidaux. Elle vient remplacer en 1997 l’ancienne croix chargée de légendes effrayantes. Elle est située à la croisée de deux chemins, celui menant de Nojals à Videpot et le « chemin du Commandeur », dénommé ainsi car un Commandeur de l’Ordre des Hospitaliers de Jérusalem l’aurait emprunté pour visiter les commanderies de la région.

Plusieurs légendes sanglantes entourent la croix des femmes. Selon un ancien témoignage, on entendrait des cliquetis de chaînes et des lamentations certaines nuits autour de la croix. Certaines personnes auraient vu des damnés accroupis autour d’un feu violent et l’on prétend depuis que l’on peut accéder à l’Enfer depuis cet endroit.

Un autre témoignage, plus récent, explique qu’une révolte des femmes aurait eu lieu au XIVe siècle ou au XVe siècle à Nojals. Elle aurait été sévèrement punie par la capture et le meurtre de ces femmes. La croix serait érigée à l’endroit des faits pour rappeler ces assassinats.

Une version plus romantique fait intervenir des affaires domestiques : le maître du château de Cricri aurait surpris sa fille en galante compagnie et l’aurait frappée à mort. Il aurait ensuite érigé la croix pour rappeler aux habitantes de Nojals le sort qui les attendait si elles n’étaient pas vertueuses.

On raconte enfin que la croix serait érigée pour le repos des voyageuses détroussées, violées ou tuées par des malfaiteurs sur cette route de campagne isolée.

La véritable origine du nom de la croix, brouillée par les légendes, est vraisemblablement issue d’un événement historique oublié.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(2004). Pays beaumontois, les croix, RIS, BibTeX.


Partager cette visite