Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Montferrand-du-Périgord > Croix de la Couquette

Croix de la Couquette

La croix de la Couquette, érigée au centre d’un carrefour, à la sortie sud du bourg de Montferrand, conserve le souvenir d’une famille de meuniers. Cadetou, le dernier représentant de cette famille, fait élever cette croix pour ses proches, disparus les uns après les autres en l’espace de vingt ans. Le nom de Cadetou est inscrit dans le fer forgé, à la base de la croix, et celui de Jeneste dans le marbre et dans la pierre.

La croix est protégée par une grille en fer forgé, dont les barres verticales sont fleurdelisées au sommet. Son socle, en pierre de taille, comporte une niche qui est aujourd’hui vide. Le portail en fer rond est consolidé par une croix.

Les Geneste, selon l’orthographe exacte, exercent, pendant deux siècles, le métier de meunier au moulin des Granges, ou au moulin de Chamoy, détruit vers 1960. Ces deux bâtiments sont alimentés par les eaux de la Couze.

Cadetou, alias Guillaume, est le second fils de Michel et de Toinette Vaudois. Il a trois frères, tous meuniers comme lui et comme leur père : Étienne, qui est plus âgé que lui, Jean et Pierre, tous deux plus jeunes. Cadetou et Jean voient disparaître les uns après les autres tous les membres de leur famille : la mère en 1851, le père en 1856, le frère aîné en 1864, le cadet en 1869. Puis Jean s’éteint en 1879, année correspondant à la date gravée sur le socle, qui est probablement l’année de l’édification de la croix.

Cadetou fait élever ce monument en mémoire de tous les siens. Ultime représentant de sa famille, il disparaît à son tour en 1888.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Sous la direction de Jean Darriné (2004). Pays beaumontois, les croix, RIS, BibTeX.


Partager cette visite