Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Beynac-et-Cazenac > Croix de Beynac

Croix de Beynac

La croix située au cœur du bourg de Beynac, dans le quartier dit de la Cafourque (de l’occitan cofarca signifiant « bifurcation » : entre la ruelle de la Balme, la ruelle du Port et la venelle montant au château) marque l’emplacement de l’église paroissiale Saint-Jacques, aujourd’hui disparue.

L’église Saint-Jacques de Beynac est la première église paroissiale de la cité. Elle a été construite au début du XIIe siècle. Elle sert probablement, dès cette époque, de lieu de passage pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle se rendant à Notre-Dame de Rocamadour ou à l’abbaye de Cadouin. Elle est en grande partie ruinée lors des guerres de Religion, par le seigneur de Beauregard le 21 septembre 1592. Suite à cet évènement, l’église est désaffectée. La chapelle castrale Notre-Dame-de-l’Assomption devient, à partir du XVIIe siècle, la nouvelle église paroissiale de Beynac.

L’église Saint-Jacques a aujourd’hui complètement disparue. Même si aucune fouille ne l’a confirmé, elle devait être bâtie au-dessus de la Cafourque. C’est à cet endroit que se dresse une croix de pierre qui pourrait être une ancienne croix de cimetière (ou croix hosannière), les églises étant généralement enserrées dans le cimetière. Elle est constituée d’un socle trapézoïdal portant un médaillon dans lequel est gravée une croix grecque aux branches pattées.

Depuis la croix, on aperçoit, en haut de la ruelle, la porte de Selve, ancienne porte fortifiée de la ville et autre témoin de la vie médiévale.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Couffinhal (2003). Beynac en Périgord, un village, un castel, un fleuve..., RIS, BibTeX.


Partager cette visite