Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Trémolat > Croix d’Alesme au Puch

Croix d’Alesme au Puch

Sur la petite route du Puch, au sein de la commune de Trémolat, on peut voir une croix en pierre, dont le socle présente les armes de la famille d’Alesme.

On y remarque la présence d’un croissant, provenant peut-être de l’ordre du Croissant du duc d’Anjou et de Lorraine.

C’est la marquise d’Alesme, née de Mondénard de Roquelaure, qui fait restaurer cette croix en 1882, à la mémoire de son ancêtre Guillaume d’Alesme, abbé prieur très célèbre à Trémolat, à qui l’on doit des restaurations importantes de l’église Saint-Nicolas.

On lui doit en outre également, en 1715, l’arrêt de la célébration de la Sainte-Chemise, relique donnée par Charlemagne, en raison des dévoiements profanes que ces fêtes occasionnaient. Pris d’une sainte colère, l’abbé veut même brûler la relique, qui s’y refuse. Il la cache alors, mais la perd. Par expiation, il fait construire une croix, située au même emplacement que l’actuelle, et où il va en procession, pieds nus, chaque jour de Noël.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Marcel Berthier (1994). “Histoire de Trémolat, d’un 18 juin à l’autre (1815-1940)”, RIS, BibTeX.


Partager cette visite