Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Couze-et-Saint-Front

Couze-et-Saint-Front

La commune de Couze-et-Saint-Front, sur la route de Bergerac à Cahors, est établie à flanc du coteau le long de la Couze. Cette dernière va se jeter dans la Dordogne un peu plus au nord de la commune.

Le village a vraisemblablement des origines préceltiques. On peut voir une excavation appelée le « fauteuil des rois », creusée à flanc de falaise.

Au Moyen Âge, la commune est dominée par un château fort dont le seigneur pille et rançonne la région. En 1448, Couze est rasée par le sire de Lanquais pour mettre un terme au brigandage pratiqué par le seigneur de Couze.

Quoi qu’il en soit, elle doit principalement sa renommée à ses nombreux moulins à papier qui s’installent dans ce site en raison de la pureté particulière de ses eaux, et surtout pour tirer parti de la rapidité des courants à l’approche de la confluence avec la Dordogne.

Dès le XVe siècle, l’activité de la commune est en effet étroitement liée à la production de papier et un port est même aménagé à l’usage des papetiers, port qui permettait d’acheminer le papier vers Bergerac et Bordeaux par voie fluviale.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Couze est ainsi l’une des plus grandes cités papetières avec treize moulins. Au XIXe siècle, la production papetière se spécialise dans la fabrication de papier-filtre (1873).

Après des difficultés économiques dans la première moitié du XXe siècle, la fin du siècle voit un projet de réutilisation de l’ensemble papetier. Un musée du papier est créé et une nouvelle production voit le jour à partir des années 1980.


Commune

  • Nom des habitants : Couzots, Couzotes
  • Superficie : 819 hectares
  • Population : 759 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    la Dordogne, la Couze

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Couze a connu une longue évolution orthographique : il s’est en effet écrit Coza (1117), Cosa (1210), Cosia (1471), Cousa (1474), Chosa (XVIIIe siècle), Couse (1793) et Couze à partir de 1830. Ce village a pris le nom de la rivière la Couze qui vient du sanscrit cousa signifiant « l’eau ». Quant au nom de Saint-Front, il désigne la chapelle qui se trouve sur le coteau dominant Lalinde. C’est en 1829 que les deux communes de Couze et de Saint-Front fusionnent et prennent le nom de Couze-et-Saint-Front.


Informations pratiques

Mairie de Couze-et-Saint-Front

Tél. : 05.53.61.03.07 / Fax : 05 53 61 26 21

E-mail : mairiedecouzestfront@wanadoo.fr

Site internet : www.couze-et-saint-front.eu

Heures d’ouverture de la mairie : tous les jours de 8h à 12h et de 13h30 à 18h. (sauf vendredi à 17h30)

Office de Tourisme du Pays Lindois

Tél. : 05.53.61.08.55 / Fax : 05.53.61.00.64

E-mail : ot.lalinde@perigord.tm.fr

Site Internet : www.lalinde-perigord.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

“Association de la pierre angulaire, Fédération des aînés ruraux de la Dordogne, 2001”, in Atlas du patrimoine d’hier et d’aujourd’hui du pays lindois, RIS, BibTeX.

Serge Avrilleau (1996). Cluzeaux et souterrains du Périgord, RIS, BibTeX.

(2006). Les Moulins du canton de Lalinde, RIS, BibTeX.

Jean-Pierre Armand (2001). Le Canton de Lalinde, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite