Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Coursac

Coursac

La commune de Coursac, dont le château et l’église sont très anciens, entretient longtemps des liens étroits avec le clergé et le pouvoir de Périgueux.

Les terres de Coursac sont peuplées depuis la Préhistoire. En effet, il existe sur le territoire communale des traces d’occupation datant de la période néolithique et de l’âge du fer. De plus, la présence de vestiges gallo-romains montre que cette occupation est continue.

La tour de Goujatoux, édifiée au IVe siècle, est l’une des constructions les plus anciennes. Quant au premier évènement marquant qui fait connaître Coursac dans les écrits, il s’agit de la visite de l’évêque Frotaire de Gourdon à son prévôt, qui l’assassine le 8 décembre 991. Le mobile de ce meurtre n’est pas vraiment défini, mais l’appât du gain semble être la première motivation.

L’église de Coursac est bâtie au XIIe siècle. C’est à cette époque que l’on situe l’une des causes déterminantes de la guerre de Cent Ans : le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II Plantagenêt en 1154. Tout comme le reste du Périgord, Coursac est victime des nombreuses batailles qui prennent fin 300 ans plus tard avec la victoire des Français à Castillon en 1453. Malgré ces troubles, le village continue tout de même à prospérer.

Le château de la Jarthe est ainsi construit au XIIIe siècle. Il devient plus tard la demeure des Dupuy de la Jarthe ; parmi leurs descendants on trouve de nombreux consuls et maires de Périgueux. Le Périgord ne retrouve définitivement son calme qu’à la fin des révoltes des Croquants qui s’éteignent à la fin du XIXe siècle. Coursac et Périgueux ont durant tout ce temps entretenu d’étroites relations, l’évêque de Périgueux n’étant autre que le Seigneur de Coursac jusqu’à la Révolution.

La commune de Coursac vit aujourd’hui de la production de fraises, de truffes et de foie gras ainsi que de l’élevage de bovins, de gibiers et de chevaux anglo-arabes. Elle compte aussi des ateliers d’artisanat de tissage et une fonderie de bronze.


Commune

  • Nom des habitants : Coursacois, Coursacoises
  • Superficie : 2465 hectares
  • Population : 1573 habitants (2006)
  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune est issu du latin corsacum , du bas latin cors , signifiant « enclos ». Il s’agit du nom d’une villa gallo-romaine présente sur les lieux. Au XIIe siècle, on retrouve des mentions de "Corsac dans des écrits".

    C’est en 1990 qu’est créé le blason de Coursac à l’initiative du maire et d’un conseiller municipal. Pour cela, ils s’inspirent des armes de l’évêque Frotaire de Gourdon, assassiné en 991. Il s’agit d’un écu d’azur à trois étoiles d’or et à deux épis de blé. Les étoiles représentent la Pensée, l’Élevation, la Spiritualité, l’Infini et la Puissance du Créateur. Les épis de blé symbolisent la terre, la prospérité, le travail de l’homme, ses peines et ses joies.


Informations pratiques

Mairie de Coursac : 05.53.54.61.61

Office de tourisme de Saint-Astier : 05.53.54.13.85


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Marc Blancpain (1984). Périgord, RIS, BibTeX.

Collectif (1993). Dordogne Périgord, RIS, BibTeX.

Chantal Tanet et Tristan Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.

, Site Internet de la mairie de Coursac, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite