Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Cornille

Cornille

Le village de Cornille comporte de nombreux édifices inspirés des différentes périodes de l’Histoire, comme les maisons fortes de la Fayardie et de la Forêt, construites pendant les troubles de la guerre de Cent Ans.

La commune de Cornille, située à quelques kilomètres au nord de Périgueux, s’étend près de la forêt domaniale de Lanmary. Des traces et des vestiges permettent d’affirmer la présence d’habitants à l’époque gallo-romaine. En revanche, il reste peu de vestiges du début de Moyen Âge à Cornille, si ce n’est le chœur d’époque romane de l’église.

Comme toutes les villes du Périgord, la commune souffre de la guerre de Cent Ans. Les combats opposant les armées françaises et anglaises commencent en 1337 et se terminent en 1453, avec la victoire française lors de la bataille de Castillon. Durant cette époque de troubles, les habitants cherchent à se protéger, en construisant notamment des maisons fortes comme celles de la Fayardie et de la Forêt. Malgré les affrontements, Cornille reste un point de passage sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les troubles cessent à peine le temps d’un siècle et reprennent avec les guerres de Religion durant lesquelles les protestants affrontent les troupes royales catholiques. Les taxes augmentent alors, afin de renflouer des caisses vidées par les conflits successifs. Les paysans appauvris se soulèvent donc au XVIe siècle contre leurs maîtres plus fortunés. Les troupes de rebelles profitent de leur connaissance du terrain pour mener leur mutinerie. La forêt de Lanmary, située à côté de Cornille, est un territoire idéal pour mener l’insurrection.

Par ailleurs, Antoine Gros de Beler, avocat et consul à Périgueux, fait construire la chartreuse Giraudou au XVIIIe siècle. Il devient par la suite maire de Cornille et ses descendants jouent également un rôle dans la vie de la commune. En effet, Jean Gros de Beler est aussi maire de la ville au XIXe siècle.

Cornille vit actuellement de l’exploitation forestière de la forêt toute proche de Lanmary. L’élevage et la culture du maïs font aussi partie des ressources de la commune. Enfin, le tourisme qui se développe de plus en plus dans la région profite également à la ville.


Commune

  • Nom des habitants : Cornillais, Cornillaises
  • Superficie : 1333 hectares
  • Population : 552 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Cornille provient d’un nom de personne gallo-romain Cornelius . Cette famille tient à l’époque une place importante dans la ville de Rome. On connaît son équivalent français sous le nom de Corneille. On retrouve la mention de Cornilla dans des écrits du XIIIe siècle, puis de Cornilhie en 1670.


Informations pratiques

Mairie de Cornille

Tél. 05.53.04.63.33

Office de tourisme de Périgueux

Tél. 05.53.53.10.63

http://www.tourisme-perigueux.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chantal Tanet et Tristan Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel Du Chazeaud, André Chastel (2000). Le Périgord des chartreuses, RIS, BibTeX.

Marc Blancpain (1984). Périgord, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite