Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Paul-la-Roche > Commanderie de Saint-Paul-la-Roche

Commanderie de Saint-Paul-la-Roche

La présence d’une roche blanche est à l’origine du choix de ce lieu pour l’établissement d’une commanderie à Saint-Paul-la-Roche. Il s’agit d’un mystère aux yeux des hommes de l’époque, d’un témoignage de présence divine.

Le site est christianisé précocement et les coutumes païennes adaptées, certaines pratiques, comme celles liées à la fertilité, se maintenant jusqu’au XXe siècle. La roche blanche est en effet entourée de terres fertiles défrichées par les premiers moines qui s’installent en ce lieu, malgré l’accueil frileux des habitants.

Après l’an mil, les grands pèlerinages se développent. Les voyageurs qui se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle empruntent notamment les chemins des forêts du Périgord. Saint-Paul-la-Roche est ainsi une halte sur la route. Pour remédier au brigandage qui a cours alors, les Templiers, moines soldats, s’installent auprès de la roche blanche une fois que le seigneur Guy Flamenc de la Roche-Saint-Paul leur donne des terres vers 1140.

La couleur immaculée de la roche sied à la symbolique de l’ordre.

Ils mettent en pratique des techniques modernes d’exploitation des terres et développent ainsi une entreprise florissante dans la région. L’un des principaux rôles de la Commanderie consiste en effet à mettre les terres en valeur. L’exploitation est similaire à celle des villas de l’Empire romain, dirigées par les moines et où beaucoup de serfs participent. Ils édifient également plusieurs maisons fortes et dépendances sur le coteau à 300 mètres de l’église.

Après la dissolution de l’ordre, les biens sont attribués aux Hospitaliers en 1316. La Commanderie subit plus tard les dommages des guerres de Religion. En effet, les calvinistes la dévastent et incendient leurs bâtiments. La Commanderie subsiste et reste importante jusqu’en 1793. Bien plus tard, en 1932, on découvre deux tombes en pierre au pied de la roche blanche.

Aujourd’hui, seule la « maison des commandeurs », probablement construite vers le XVIe siècle est toujours dressée. Elle présente un haut toit très pentu. D’autre part, l’ancienne roche blanche, disparue, est remplacée par un trou béant.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Patrick Hulois (2002). “Petite histoire de mon village”, RIS, BibTeX.

Sites templiers et hospitaliers, RIS, BibTeX.


Partager cette visite