Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Paussac-et-Saint-Vivien > Cluzeaux de Paussac-et-Saint-Vivien

Cluzeaux de Paussac-et-Saint-Vivien

De tout le Ribéracois, la commune de Paussac-et-Saint-Vivien est la plus prolifique en souterrains (ou cluzeaux). En effet, plus de trente cluzeaux sont dénombrés. Le sous-sol calcaire ou les falaises de l’Euche et des Sandonnies permettent ces multiples grottes naturelles et/ou aménagées.

Leur époque d’occupation, si elle n’est pas connue avec certitude, paraît très ancienne, sans doute au haut Moyen Âge pour certains d’entre eux. On évoque même l’époque gauloise pour le cluzeau de la Verrerie. Leur utilisation paraît très diversifiée : pour ceux qui communiquent entre eux ou avec des granges, des puits ou des maisons, on pense à la fonction de refuge.

Pour certains qui présentent des structures étonnantes, on parle de réserve agricole avec parfois jusqu’à quatre creusements de silos internes.

D’autres, comme le cluzeau aérien du Colombier, à près de 100 mètres au-dessus du sol, s’apparentent s’ils sont isolés à des postes idéaux de vigie ou, s’ils sont regroupés, à une agglomération d’habitations troglodytiques.

Enfin, certains cluzeaux, qui possèdent des fosses ovoïdes et des structures énigmatiques, ou dont le nom évoque un culte (le cluzeau de l’église par exemple), laissent entier le mystère de leur utilisation.

L’occupation est avérée tout au long des siècles et jusqu’au début du XXe siècle grâce à des monnaies retrouvées enfouies dans le sol.

Aujourd’hui désertés, les cluzeaux sont difficilement accessibles ou inondés. Il faut signaler que l’Aven de Paussac ou Trou de la grotte est la cavité souterraine qui possède la plus vaste salle souterraine du Périgord (50 mètres de diamètre).


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(1962). BSHAP, RIS, BibTeX.

Serge Avrilleau (1996). Cluzeaux et souterrains du Périgord, RIS, BibTeX.


Partager cette visite