Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Carsac-Aillac > Église Saint-Caprais > Chemin de croix de l’église Saint-Caprais

Chemin de croix de l’église Saint-Caprais

Le chemin de croix de l’église Saint-Caprais, à Carsac-Aillac, est la première réalisation de Léon Zack dans le domaine de l’art sacré.

Léon Zack (1892-1980) est un peintre d’origine russe installé en France à partir de 1923. Son œuvre a traversé une grande partie du XXe siècle sans que l’on puisse la rattacher à un mouvement particulier. Léon Zack a une démarche toute personnelle qui le mène de l’art figuratif à l’art abstrait (dernier tableau figuratif en 1947). Issu d’une famille juive, et malgré sa conversion au catholicisme, il est contraint de se cacher sous une fausse identité entre 1940 et 1945. Il quitte ainsi Paris avec sa famille pour la province, principalement en Isère. Il effectue cependant un séjour dans le Périgord, et passe probablement par Carsac.

Dans ces années-là, l’église de Carsac est en cours de restauration. En 1941, le clocher est consolidé et la coupole réparée, une sacristie est construite sur le collatéral nord, les voûtes sont refaites et le parement repris. Deux ans plus tard, c’est au tour de la façade occidentale d’être remise dans son état d’origine. Dans le même temps, le mobilier liturgique est renouvelé : installation d’un nouvel autel, remplacement des vitraux par Chigot. C’est à cette date que l’on commande un chemin de croix à l’artiste Léon Zack.

Le chemin de croix que Léon Zack réalise, avec l’aide de sa fille Irène, est livré en 1950. Il est constitué de quatorze panneaux en terre cuite représentant les quatorze stations de la Passion du Christ qui illustrent la montée de Jésus au Calvaire. Chaque panneau est orné de motifs géométriques abstraits entourant un motif central, une croix. Ces motifs, exécutés en relief, sont illustrés par un texte gravé, tiré d’un poème de Paul Claudel, « Chemin de la Croix », quatrième partie du recueil Corona Benignitatis Anni Dei paru en 1915. D’une facture minimaliste, tant dans les détails que dans les couleurs, l’œuvre s’adapte parfaitement à la sobriété de l’église.

Le chemin de croix est classé au titre des objets aux Monuments Historiques en 2004. Une pierre gravée teintée représentant sainte Thérèse avec l’enfant Jésus est classée la même année : elle est aussi réalisée en 1950 par Léon Zack. L’artiste produit, après 1950, d’autres œuvres pour l’Église. On peut notamment citer le chemin de croix de l’église d’Agneaux, dans la Manche, en 1953, avec la collaboration de Maxime Adam-Tessier.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Claude Perrin (1984). Penser l’art de Léon Zack, RIS, BibTeX.

Alain Pizerra (1991). Léon Zack. Peintures, RIS, BibTeX.

Dorothée Jacoub (1982). “L’église de Carsac de Carlux”, in Musée des monuments français : Société française d’archéologie Paris (édité par), Congrès Archéologique de France. Périgord Noir, RIS, BibTeX.


Partager cette visite