Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Chapdeuil > Château fort de Chapdeuil

Château fort de Chapdeuil

Dans le bourg de Chapdeuil, le château est presque réduit à un donjon. Par sa superficie et sa hauteur, il est le plus petit donjon périgourdin de sa catégorie. Mais, propriété de grandes familles seigneuriales, il reçoit la visite, dit-on, de Richard Cœur de Lion, Blanche de Castille et Napoléon Ier.

Au XIIe siècle, il semble qu’un premier donjon s’élève à cet endroit. Des douves sont creusées de main d’hommes et alimentées en eaux vives par l’Euche. Avec les remblais, on constitue un îlot de terre surélevé qui est probablement tout d’abord ceint de palissades en bois.

Au XIVe siècle ou au XVe siècle, on reconstruit un donjon sur l’emplacement du premier, et on clôt le domaine de murailles de pierre, dont les ruines affleurent encore au milieu des broussailles. Le donjon est couronné par un chemin de ronde rectangulaire avec merlons et archères sur mâchicoulis. Une haute toiture à quatre pans couvre l’ensemble. Le colombier circulaire de 1400 nids semble contemporain.

Au XVIe siècle, on l’agrandit d’un logis, à nouveau remanié au XVIIe siècle. Le pont-levis est démoli au profit d’un pont dormant accompagné d’un petit corps de garde en châtelet. Cette architecture archaïsante n’a aucun caractère défensif réel : les murs ne résisteraient pas à l’artillerie. Mais c’est une architecture traditionnelle, codée socialement. À tel point que le décret de 1793 qui veut supprimer toutes les marques de féodalité permet la destruction partielle du château du Chapdeuil.

Le château est rebâti presque aussitôt comme l’indique une date sur la charpente : 1811. D’autres rénovations ont lieu au XIXe siècle, notamment la construction, côté village, d’un portail monumental en arche avec une porte cochère et une porte piétonne.

Actuellement maison privée, le château de Chapdeuil ne se visite pas. Le donjon, les douves, le pont et son châtelet, le pigeonnier, le logis, et l’élévation de terre sont classés aux Monuments Historiques depuis le 29 février 1988.


Patrimoine


Informations pratiques

Le château ne se visite pas


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Dominique Audrerie (1988). Vieilles Demeures en Périgord, RIS, BibTeX.

Jacques Lagrange (2005). Le Périgord des mille et un châteaux, RIS, BibTeX.

Dominique Repérant (1988). Le Périgord des châteaux et des manoirs, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1968). Le Périgord romantique, RIS, BibTeX.


Partager cette visite