Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Pierre-de-Frugie > Château de Vieillecour

Château de Vieillecour

Le château de Vieillecour, remarquablement conservé, date du XIIe siècle. Au fil des siècles, il a vu défiler de nombreux grands personnages de l’Histoire de France, comme Richard Cœur de Lion, qui y serait peut-être décédé.

Situé au nord-est de Saint-Pierre-de-Frugie, non loin de la Haute-Vienne, le château de Vieillecour domine la Valouze dans un paysage de forêts et d’étangs. Le premier château est construit autour de l’an mil. La légende veut que son emplacement soit le lieu de naissance de saint Waast (vers 500 apr. J.-C.), évêque d’Arras et de Cambrai et catéchiste de Clovis.

Originellement, le château de Vieillecour se compose d’un quadrilatère formant une cour intérieure, flanqué de deux grosses tours carrées au couchant, et de deux grosses tours rondes au levant. L’ensemble est entouré de douves en eau sur trois côtés, et protégé au sud par l’à pic sur la vallée. Vieillecour est une forteresse défensive garnie de mâchicoulis et de meurtrières.

Au XVe siècle puis au XVIIe siècle, le château subit des transformations importantes : on crée entre autres un logis oblong. La forteresse devient château d’agrément.

De grands noms marquent la première époque du château. En 1199, Richard Cœur de Lion, blessé d’un trait d’arquebuse durant le siège de Chalûs, vient s’y réfugier. La légende prétend qu’il meurt au château. Mais, sa mort est annoncée à Chinon pour éviter une démoralisation des assiégeants de Chalûs.

En 1265, Marguerite de Bourgogne reçoit en fief Châlus dont dépend Vieillecour qui devient alors possession royale. En 1372, Bertrand du Guesclin, au cours de la guerre de Cent Ans contre les Anglais, reprend Saint-Pierre-de-Frugie. Il tient garnison au château durant plusieurs semaines.

L’histoire du château de Vieillecour n’est pas que militaire. Des troubadours célèbres comme Bertran de Born et Bernard de Ventadour y font de nombreuses haltes.

À la fin du XVe siècle Vieillecour fait partie des possessions limousines du comte du Périgord. Jeanne d’Albret, la mère du futur roi Henri IV, y séjourne souvent et y rend justice. C’est d’ailleurs Jeanne d’Albret ou Henri de Navarre lui-même qui, probablement, vend Vieillecour en 1590 à Antoine Mosnier, écuyer, seigneur de Palneau, anobli seigneur de Vieillecour. D’autres seigneurs se succèdent ensuite dans les lieux jusqu’à la Révolution.

En 1850, les douves en eau sont asséchées et une partie est comblée en terrasses et jardins à la française, la cour intérieure est ouverte et le pont-levis devient pont dormant. Le château de Vieillecour prend alors son aspect actuel, que de très importantes restaurations extérieures et intérieures mettent en valeur.


Patrimoine


Informations pratiques

Mairie de Saint-Pierre-de-Fugie 05.53.52.82.86. Ce château ne se visite pas


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1987). Les Châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Collectif, sous la direction de Dominique Richard (1996). Guide Dordogne Périgord, RIS, BibTeX.

M. Pons (2002). Dordogne Guide Châteaux, RIS, BibTeX.

Dominique Repérant (1988). Le Périgord des châteaux et des manoirs, RIS, BibTeX.


Partager cette visite