Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Pierre-de-Frugie > Château de Montcigoux

Château de Montcigoux

Le château de Montcigoux est une chartreuse du XVIIIe siècle construite, selon certains, sur l’emplacement d’un château féodal gardant l’entrée de la vallée de la Dronne. Il est surtout connu pour les funestes évènements qui s’y sont déroulés.

Aux frontières du Limousin et pratiquement au sommet du Périgord (434 mètres), Montcigoux est un ancien repaire noble situé sur un site stratégique. Le vestige le plus ancien est la tour ronde qui ne fait pas corps avec le bâtiment principal. Sa présence semble insolite. Elle est déjà là au XIIe siècle quand Duguesclin fait raser le reste de la forteresse. Cette tour s’arrête en biseau sur un toit de tuiles plates à la façon d’un pigeonnier. C’est l’ancien fief de la famille Rolle au XVIIe siècle.

La demeure de Montcigoux, modernisée au début du XXe siècle, se compose maintenant de deux ailes d’une travée à étage sous une couverture dressée. Elles encadrent un corps central de trois travées à demi-étage sous une couverture plate.

Au XIXe siècle, elle appartient à la famille Fontaubert, dont la terrible histoire est découverte en 1913. Le journaliste A. Valérie la rapporte dans « la sombre histoire du château de Montcigoux » en 1933. Plus tard, la télévision s’en empare également.

Tout commence en 1850 lorsque Pierre de Fontaubert meurt et laisse trois enfants, Arthur, Ernest et Céline. Deux ans après sa disparition, Arthur quitte le château pour une maison de métayer toute proche. Ernest et Céline se retrouvent seuls dans la demeure, on raconte qu’ils partagent le même lit et que la jeune femme accouche à cinq reprises d’enfants. Des ossements de nouveau nés sont mis à jour plus tard sous un cyprès du domaine.

Le frère et la sœur embarquent un jour vers l’Amérique au moment de la ruée vers l’or et Arthur reprend ses quartiers au château. Fortune faite, Céline rentre à Montcigoux et doit être bientôt rejointe par Ernest. Mais ce dernier ne réapparaît jamais et Arthur enferme Céline dans la tour du château. Elle réussit finalement à s’enfuir, mais, fatiguée, elle est vite rattrapée.

On retrouve un jour son corps décharné sur les sacs d’un séchoir à châtaignes, alors qu’Ernest réapparaît en 1913 sous la pioche d’un maçon. Décédé depuis trente-cinq ans, Arthur ne peut expliquer comment il a tué son frère à son retour d’Amérique avant de l’enterrer dans une fosse. Au cimetière, aucune tombe ne rappelle l’existence de cette lignée, mais on raconte qu’au bout des marches de l’escalier de la vieille tour dort un squelette dans une boîte de verre.

Malgré ce tragique épisode, le château de Montcigoux fait partie des trois châteaux qui ont contribué à l’histoire de la commune de Saint-Pierre-de-Frugie.


Patrimoine


Informations pratiques

Mairie de Saint-Pierre-de-Fugie 05.53.52.82.86. Ce château ne se visite pas


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean-Marie Bélingard (2000). Le Périgord des chartreuses, RIS, BibTeX.

Collectif, sous la direction de Dominique Richard (1996). Guide Dordogne Périgord, RIS, BibTeX.

Mairie Documents touristiques, RIS, BibTeX.


Partager cette visite