Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Tocane-Saint-Apre > Château de Fayolle

Château de Fayolle

À flanc de coteau, ce château du XVIIIe siècle succède à une maison forte mentionnée dès 1220. Il repose sur une motte féodale et un cluzeau artificiels, ce qui atteste de l’ancienneté de l’installation humaine en ce lieu.

La famille Fayolle fait construire le château et le possède encore aujourd’hui. C’est une très ancienne famille du Périgord ; parmi les descendants, on peut citer Pierre de Fayolle (XIIe siècle) qui est l’un des premiers fondateurs de l’abbaye de Chancelade.

Place forte mentionnée en 1222, elle est plusieurs fois assiégée durant la guerre de Cent Ans.

Au XVe siècle, une nouvelle bâtisse est construite, elle est décrite comme un château fortifié, de plan carré, avec des tours d’angles et des remparts. Le sénéchal de Bourdeilles parle, en 1575, de « forteresse ».

Celle-ci est néanmoins pillée et incendiée le 15 août 1489, par les soldats des seigneurs de Bourdeilles, à la suite de l’assassinat de Guy de Bourdeilles par Antoine de Fayolle. La famille déserte un temps le château qui a besoin d’être restauré.

C’est sur les structures de l’ancienne demeure qu’est bâti le château actuel. Les plans sont dessinés par l’architecte bordelais Chauvin en 1766.

C’est donc une demeure du XVIIIe siècle, avec un logis classique, vaste, encadré de pavillons aux angles arrondis. Sur l’aile droite est accolée une puissante tour carrée aux allures de donjon.

Au XIXe siècle, le château est agrandi par l’architecte Léon Drouyn qui lui dessine deux pavillons supplémentaires. Cet agrandissement n’entame en rien l’unité de la bâtisse grâce à l’utilisation de matériaux identiques et d’une décoration similaire.

La demeure conserve un théâtre datant de l’époque romantique, où, dit-on, vers 1840, on joue les comédies de Musset.

Le château est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques le 14 octobre 1969. La famille des Fayolle marque durablement l’histoire de la commune : les armes des Fayolle sont visibles sur les vitraux de l’église de Tocane-et-Saint-Apre et leur devise, « non ibi sed ubique » (« pas seulement ici, mais partout »), est inscrite sur les fonds baptismaux de l’église. Le château d’Artigny dans l’Indre-et-Loire serait une imitation du château de Fayolle.


Patrimoine


Informations pratiques

Le château ne se visite pas


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Javques Lagrange (2005). Le Périgord des mille et un châteaux, RIS, BibTeX.

Jean Secret Les Châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1966). Le Périgord des châteaux, manoirs et gentilhommières, RIS, BibTeX.

Pierre Pommarède Tocane et saint-Apre oubliés, RIS, BibTeX.


Partager cette visite