Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Tocane-Saint-Apre > Château de Beauséjour

Château de Beauséjour

À l’ouest du bourg, en bordure de la Dronne, s’élève un château présentant un corps de logis parsemé d’éléments Renaissance. Chartreuse pour certains, manoir médiéval pour d’autres, il est habité depuis au moins 1590.

La maison comporte les restes évidents d’un système défensif. Primitivement, la demeure est entourée de murailles, de douves, et même d’un pont-levis. Ce caractère défensif la fait entrer dans la typologie des maisons fortes.

Le bâtiment long et bas, obéit à un plan rectangulaire, il comprend un étage, probablement surélevé à la Renaissance à cause des risques d’inondation liés à la proximité de la rivière.

Du bâtiment d’origine, le château conserve des vestiges des douves et un portail avec une porte piétonne. Le linteau d’une baie à meneaux porte l’inscription « Faict le XII may 1602 ».

Peu de temps après la construction de la maison, une chapelle est construite dans les mêmes matériaux. On dit que la mère de Fénelon, Louise Lacropte-Chantérac, y est baptisée. Une clé de voûte est datée de 1607.

Au milieu du XVIIIe siècle, le château vieillit mal et Beauséjour n’est plus habité pendant plus d’un siècle, avant d’être acheté par les Tourtel puis par les Fayolle, déjà propriétaires d’un château sur la commune. C’est probablement par ces derniers que le domaine est transformé en métairie.

Au début du XXe siècle, les communs sont aménagés en dépendances agricoles, et le logis abrite même un restaurant à la fin du XXe siècle. L’ensemble des bâtiments est restauré, mais la chapelle reste ruinée.


Patrimoine


Informations pratiques

Le château ne se visite pas


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jacques Lagrange (2005). Le Périgord des mille et un châteaux, RIS, BibTeX.

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean-Marie Bélingard (2000). Le Périgord des chartreuses, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1966). Le Périgord des châteaux, manoirs et gentilhommières, RIS, BibTeX.


Partager cette visite