Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Beaumont-du-Périgord > Château de Bannes

Château de Bannes

Le promontoire rocheux de Beaumont, en forme de corne, offre un excellent point d’observation et de défense, dominant les vallées de la Couze et du Cousage. On y construit vraisemblablement dès le milieu du XIIIe siècle le château de Bannes, aux belles tours rondes.

Ce n’est qu’après la guerre de Cent Ans que le château entre dans l’histoire. Son propriétaire est alors Perducat d’Albret, qui y installe en garnison son capitaine Jean de Seignal. Ce dernier et ses successeurs commettent des actions peu louables dans toute la région. Aussi, le 27 septembre 1442, les Sarladais en colère font le siège du château, alors dans les mains de Gantounet d’Abzac. La garnison se rend et verse peut-être même une rançon.

Le château a beaucoup souffert du siège, mais peut encore défendre sa position. Aussi, le 15 novembre suivant, quinze manœuvres y sont envoyés par les consuls de Sarlat pour démanteler ses éléments défensifs. Le château reste cependant habité par Brandelis d’Abzac, le fils de Gantounet. À la suite d’un procès, Brandelis remet le château dans les mains de Jean d’Esclamat.

Par subrogation, il passe ensuite à Jean Faulcon, puis à son fils Albert qui le vend, quasiment à l’état de ruines, à Brandelis de Biron, en novembre 1510. Dès le début de l’année suivante (peut-être avec l’aide de son frère Armand, évêque de Sarlat), ce fidèle de Charles IX et de Louis XII entame la reconstruction du château. Il est redevable à Charles IX d’une lettre de rémission de 1489 à la suite d’une affaire de meurtre à Monpazier ; mais c’est surtout à Louis XII et à son épouse, Anne de Bretagne, qu’il rend un hommage appuyé. Ainsi, il orne son nouveau château d’une profusion d’hermines, de cordelières et du monogramme LA, en particulier sur la cheminée monumentale du grand salon, au-dessus de laquelle il fait sculpter ses armes.

La construction est achevée vers 1515, car Brandelis de Biron connaît une disgrâce certaine à l’avènement de François Ier. En 1558, le château passe dans les mains de l’un des fils, Armand, qui le cède à Jean de Losse, en juillet 1571. Après bien des péripéties rendues confuses par le chassé-croisé des lignées Losse et une possible usurpation par les Bergues au XVIIe siècle, le château change souvent de propriétaire jusqu’en 1872.

Les tours rondes du château sont enrichies de lucarnes sculptées et l’on peut apercevoir des trilobés sur les mâchicoulis des chemins de ronde. Le pigeonnier, construit à mi-pente sous le château, date certainement du début du XVIe siècle. Restauré depuis 1882, ce château est aujourd’hui une propriété privée que l’on ne visite pas.


Patrimoine


Informations pratiques

Ce château ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Sous la direction de Dominique Audrerie (2003). Tout le Périgord, RIS, BibTeX.

Sous la direction de Henry de Sécogne Dordogne, Périgord, RIS, BibTeX.

André Bord (2004). Pigeonniers du Périgord, aquarelles, RIS, BibTeX.

Jean DARRINE Les Feuillets du Beaumontois, La Pierre Angulaire, RIS, BibTeX.


Partager cette visite