Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Saint-Cyprien > Chartreuse dite « La grange aux pères »

Chartreuse dite « La grange aux pères »

La chartreuse soit son nom de « grange aux pères » au fait qu’elle ait appartenu aux chanoines de l’abbaye de Saint-Cyprien. Cette demeure possède une architecture typique du XIXe siècle.

Il semble que le terme « grange » désigne à l’époque des chanoines de Saint-Cyprien une demeure au centre d’un domaine agricole. En effet, la chartreuse est construite à l’extérieur de la commune, même si elle se retrouve de nos jours au centre de la ville en raison de la progression de l’urbanisme.

Cette chartreuse a un aspect général typique du XIXe siècle, mais certains éléments semblent tout de même influencés par le style du XVIIIe siècle. Elle est ainsi ornée de lucarnes à fronton en coquille. Les sommets des toitures transversales sont marqués d’épis en pierre sculptée. Sous la verrière, on peut remarquer deux pilastres décorés de bandeaux et de glyphes sculptés qui entourent la porte et soutiennent la corniche.

C’est dans cette chartreuse qu’est née au XIXe siècle l’écrivaine et historienne Alberte Sadouillet-Perrin. Elle évoque sa maison natale dans son livre En Périgord de longue mémoire . On y apprend notamment que la chartreuse avait à l’époque une activité vinicole : l’exportation du vin se fait alors jusqu’en Angleterre et en Hollande.

La chartreuse dite « la grange aux pères » n’a pas subi de gros remaniements jusqu’à nos jours. Elle appartient à des propriétaires privés.


Patrimoine


Informations pratiques

Cette chartreuse ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazeaud, André Chastel (2000). Le Périgord des chartreuses, RIS, BibTeX.


Partager cette visite