Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Mauzens-et-Miremont > Chartreuse de La Forge Neuve

Chartreuse de La Forge Neuve

La chartreuse de la Forge Neuve se dresse près du ru de Manaurie, au nord-est du bourg. Il s’agit d’une demeure du XVIIe siècle à l’allure régulière.

La construction de cette chartreuse et de la forge attenante remonte à la première moitié du XVIIe siècle. En 1689, elle est désignée sous le nom de « repaire noble de la Forge-Neuve ».

Ses bâtisseurs ne sont pas connus. Il existe plusieurs possibilités : la famille des Boucher de Latour du Roch, sieur de la Borie dès le milieu du XVIe siècle, ou Estienne-Jacques de Saint-Exupéry, lieutenant des maréchaux de France, propriétaire de fiefs près du domaine de la Forge Neuve.

Seule certitude : vers 1750, la chartreuse appartient aux Lafaysse de Maisonneuve.

L’architecture de la demeure est austère. Son orientation laisse penser que le maître des forges tient à surveiller ses gens. Elle suit un plan simple de forme rectangulaire. Sa façade très longue est rythmée par des travées à distances inégales. Sa toiture est en tuiles plates de couleur sombre et des lucarnes éclairent les combles.

À une certaine époque, il devait y avoir des dépendances, car on en devine aujourd’hui les traces sur la façade.

À la gauche de la chartreuse de la Forge Neuve, on trouve les soufflets et les ruines du haut fourneau, adossé au barrage construit sur le cours d’eau. L’atelier de fonderie, la forge à battre le fer, la halle à charbon se trouvaient dans la cour, mais il n’en reste plus rien.

Au XVIIIe siècle, la forge est prospère. Elle produit des chaudières à sucre pour les colonies et des poteries. À la veille de la Révolution, la famille de Maisonneuve dirige toujours l’exploitation. Une cinquantaine de personnes y travaille.

En 1811, Jean Festugières, maître des forges d’Ans et des Eyzies, achète le domaine. L’exploitation des forges se ralentit avec la Restauration et s’arrête sous le Second Empire.

La société Festugières n’échappe pas à la règle et elle est liquidée en 1862.

Après avoir été recyclée à la fin du XIXe siècle en moulin à écorces, la chartreuse de la Forge Neuve est devenue une simple résidence de particuliers.


Patrimoine


Informations pratiques

La chartreuse ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazeaud, André Chastel (2000). Le Périgord des chartreuses, RIS, BibTeX.


Partager cette visite