Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Chapelle-Gonaguet (la) > Prieuré de Merlande > Chapelle Saint-Jean de Merlande

Chapelle Saint-Jean de Merlande

À la Chapelle-Gonaguet, la chapelle Saint-Jean du prieuré de Merlande présente la particularité de posséder une salle dédiée à la défense de l’édifice.

L’évêque de Périgueux de 1138 à 1142, Geoffroy de Correy, donne à l’abbaye de Chancelade les terres situées au lieu-dit de Merlande. L’abbé Élie Audoin décide d’y construire une chapelle en 1143, très vite transformée en prieuré par l’adjonction de deux travées en coupoles à l’image de la cathédrale Saint-Front de Périgueux. C’est donc dans ce lieu retiré que la chapelle, assise sur une source, est édifiée au XIIe siècle. Elle est en partie détruite en 1172 lors du retrait des troupes d’Henri II d’Angleterre et de son fils Richard Coeur de Lion, défaites au siège du Puy-Saint-Front (Périgueux). La chapelle est ensuite transformée au XVIe siècle par la construction de fortifications lors des guerres de Religion.

La chapelle Saint-Jean est composée d’une nef de deux travées en coupoles, construite probablement au milieu du XIIe siècle. La première travée est remplacée par une voûte en berceau, à la hâte, après 1172. Elle est renforcée par un arc doubleau qui retombe sur des colonnes engagées. La deuxième travée conserve sa coupole sur pendentifs. L’ensemble du prieuré est surmonté d’une chambre de défense percée de trous de tir lors des guerres de Religion au XVIe siècle. Une tour de défense des murs nord et est est également édifiée et comporte des trous de tir et des mâchicoulis. Sa base est édifiée en murs pentus afin d’offrir une résistance aux tirs de boulets, témoignant de l’âpreté des événements qui s’y déroulent alors.

Un escalier, qui donne accès à un autre escalier situé en vis dans la pile du sud-ouest, est construit dans le mur gouttereau sud. La nef donne sur le chœur qui est la partie la plus ancienne de l’église. Il est couvert d’une voûte en plein cintre et une arcature en fait le tour, formée de onze colonnettes, une douzième étant supprimé probablement au XVIIe siècle, pour faire place à une large ouverture en plein cintre. Les chapiteaux des colonnettes sont sculptés. Ils représentent des décors végétaux et des animaux entrelacés (tigres, lions...). Les chapiteaux des colonnettes engagées recevant l’arc triomphal sont aussi sculptés de lions qui s’affrontent.

La chapelle Saint-Jean de Merlande est classée Monument Historique le 3 août 1892. Ses maçonneries sont restaurées par les services des Monuments Historiques entre 1945 et 1948. En 1962, des restes de dépendances sont relevés de leur ruines (logis du prieur avec une de ses tours), puis en 1996, le cellier adjacent au prieuré est restauré. Ces éléments constituent un fonds privé.


Patrimoine


Informations pratiques

Mairie de La Chapelle-Gonaguet : 05.53.03.52.80


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean Secret (1967). Dictionnaire des églises de France, Sud Ouest, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1968). Le Périgord roman, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite