Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Tocane-Saint-Apre > Chapelle Notre-Dame-de-Perdux

Chapelle Notre-Dame-de-Perdux

La construction de la chapelle Notre-Dame-de-Perdux, en 1890, s’intègre dans le vaste renouveau religieux de la fin du XIXe siècle, qui, à l’initiative de l’Église, entraîne la réhabilitation ou la construction de nouveaux lieux de culte.

Le nom de la chapelle Perdux vient du nom de l’ancien archiprêtré de Pardoux qui disparaît et laisse place au XIVe siècle à Chantérac.

Certains voient dans la construction tardive de cette chapelle la volonté de l’Église de rétablir un ancien pèlerinage en l’honneur de Notre-Dame de l’Assomption, et de reconstruire une chapelle qui aurait déjà existé en des temps plus anciens. Pour d’autres, il s’agirait d’une création de toutes pièces.

La nef de la chapelle est voûtée en berceau plein cintre et la façade sud est surmontée d’un clocher-mur, sous lequel est placée l’entrée de l’édifice.

L’édifice est béni en 1891 par Monseigneur Dabert, évêque qui, quelques années auparavant, en 1864, a béni l’église paroissiale de Tocane-Saint-Apre.

Dans la chapelle est placée, peu après sa construction, une statue de la Vierge, autrefois installée dans l’église paroissiale. Sculptée dans du tilleul en 1872, la Vierge se tient debout, portant l’Enfant Jésus, et tient dans sa main libre un sceptre. Sur son socle est gravé : « Notre-Dame de Perdux, priez pour nous ».

Les fidèles viennent encore se recueillir en nombre dans cette chapelle lors des traditionnels pèlerinages du 15 août en l’honneur de sainte Marie.


Patrimoine


Informations pratiques

Mairie de Tocane-Saint-Apre : 05.53.90.70.29. Ouverture : du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean Secret (1958). Les Églises du Ribéracois, RIS, BibTeX.

Pierre Pommarède (2002). Le Périgord des églises et des chapelles oubliées, RIS, BibTeX.

(1985). Pèlerinages en Périgord, Le culte de Marie et des saints, RIS, BibTeX.


Partager cette visite