Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Paul-la-Roche > Chapelle Notre-Dame-de-la-Roche

Chapelle Notre-Dame-de-la-Roche

La chapelle de Saint-Paul-la-Roche, dédiée à sainte Catherine, est démolie en 1850. Aujourd’hui, il subsiste un oratoire entre une roche blanche et une roche noire.

La chapelle semble trouver son origine dans une commanderie annexée en 1382 à celles de Puy-Martin, Preceptoria de Rupe Sancti Pauli, la préceptorerie de la roche de Saint-Paul.

En 1140, des biens sont donnés aux Templiers pour cette dernière. Ils édifient alors plusieurs maisons fortes près de l’église. L’une d’elles porte encore la croix templière gravée sur ses murs. Le cimetière est alors contigu à l’oratoire actuel.
Bernard de Villars.

Bien plus tard, en 1930, on y découvre des sarcophages et des ossements qui renseignent sur l’étrange position des têtes des Templiers reposants sur des pierres plates.

Le sanctuaire est longtemps un lieu de pèlerinage. On s’y rend le 2 février pour y prier la sainte, les jeunes filles pour trouver un mari, les femmes pour avoir des enfants, les jeunes mères pour bénéficier d’un lait abondant. On boit à la source voisine ou on y trempe ses membres souffrants.

Après la Révolution, la fête patronale devient profane et la chapelle est abandonnée.

En 1826, un certain Gravier édifie sur ses murailles un petit oratoire d’où l’on part vers une croix érigée sur le quartz laiteux. Les jeunes gens enfoncent des épingles dans le bois de la croix afin, selon la croyance locale, de trouver à se marier dans l’année.


Patrimoine


Informations pratiques

La chapelle ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Pomarède (2002). Le Périgord des églises et des chapelles oubliées, RIS, BibTeX.


Partager cette visite