Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Change (le) > Château d’Auberoche > Chapelle du château d’Auberoche

Chapelle du château d’Auberoche

En quittant Le Change par la D5 en direction de Cubjac et de Hautefort, la chapelle d’Auberoche offre au regard l’élégante simplicité de ses pierres romanes. Cette chapelle domine et veille sur la vallée de l’Auvezère depuis le XIIe siècle.

Ultime vestige du « castrum » encore visible de nos jours, la chapelle d’Auberoche est un émouvant échantillon d’architecture romane. Son abside arrondie au bout de l’éperon rocheux où elle est bâtie, s’orne de contreforts-colonnes parfaitement conservés. Son étroit vitrail, orienté à l’est, capte la lumière du soleil levant.

La voûte qui est en arêtes, est construite avec des moellons reliés entre eux par un mortier à concrétion. Cette chapelle possédait aussi une cheminée. Son toit est constitué de lauzes. La lauze est une pierre plate, de schiste ou de calcaire particulièrement lourde. Elle provient de lauzières, carrières exploitées ou pierriers naturels.

Son portail roman du XIIe siècle est surmonté d’une magnifique archivolte en pointes de diamant. Ce portail ouvre sur une nef de 10 mètres de long sur 6 de large se terminant par une demie rotonde au fond de laquelle se tenait l’autel.

Le mur de l’abside était orné de peintures murales qui n’ont pas survécu à la longue traversée des siècles. En 1855, l’archéologue et dessinateur Léo Drouyn a réalisé un relevé de ces peintures. Mais les informations sur ces peintures d’Auberoche sont inexistantes. Il est donc difficile d’établir une description exacte des scènes représentées et leur corrélation entre elles.

On sait que certaines représentent des scènes du Nouveau Testament, dont l’Annonciation, le chemin de Croix avec Marie et saint Jean. Au-dessus de cette scène de la crucifixion, se trouve ce qui semble être une litre aux armoiries non identifiées. On peut également y voir un évêque (peut-être Frotaire évêque de Périgueux ou saint Front), saint Pierre tenant la clé du paradis et les Evangiles ainsi qu’un chevalier agenouillé portant le nom de Belet et dont un ancien moulin du Change porte le nom.

Classée Monument historique par un arrêté du 7 mars 1960 la chapelle d’Auberoche est sauvée de la ruine en 1967, grâce aux efforts de l’Association des « Amis d’Auberoche ». Des moyens financiers sont trouvés par le biais d’une souscription et les Monuments Historiques ont pu entreprendre les travaux de restauration nécessaires au maintien de cet édifice.

Comme le souligne Jean Galet dans son livre Les Paladins d’Auberoche , cette chapelle demeure encore aujourd’hui « une halte privilégiée sur ce chemin âpre et captivant de l’Auvezère ».


Patrimoine


Informations pratiques

La chapelle ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chapelle d’Auberoche, RIS, BibTeX.


Partager cette visite