Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Moulin-Neuf > Chapelle de la Madeleine des Brandes

Chapelle de la Madeleine des Brandes

Le plus ancien texte citant la chapelle date de 1541, mais l’existence d’une chapelle est relatée en 1287 dans une sentence du roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine.

Le bâtiment, extrêmement modeste, date peut-être du XIIIe siècle, mais est ruiné par les guerres et reconstruit à plusieurs reprises. Une restauration tardive du XIXe siècle lui donne son aspect actuel. L’intérieur ne subit pas de modification.

L’abside arrondie sans voûte est de type roman. Le carrelage de terre cuite dessine encore l’emplacement des tombes pratiquées jusqu’au XVIIIe siècle. Une châsse contient une relique de sainte Madeleine rapportée de la Sainte-Baume en 1892.

Antérieurement, il y avait un grand tableau du XVIIe siècle représentant la sainte à demi couchée. Il est actuellement au musée de Villefranche-de-Lonchat.

Devant la chapelle se trouve son ancien autel monolithe, peut-être roman. La chapelle est entourée d’un petit cimetière ayant des tombes très anciennes. Elle était, jusqu’à ces dernières années le siège d’un très ancien pèlerinage, auquel était associée une fête foraine attirant une foule de gens.

Deux légendes sont liées à cette chapele. L’une évoque le passage de Marie Madeleine partant vers la Provence et se désaltérant dans la source fraîche au creux du vallon. Une autre tradition veut que les gitans ne pouvant se rendre aux Saintes-Maries-de-la-Mer aient fait de ce lieu une réplique de leur pèlerinage provençal.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Gilles Dubus (1988). Moulin-Neuf sur l’Isle. Histoire de l’enclave de Villefranche, RIS, BibTeX.


Partager cette visite