Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Eyzies-de-Tayac-Sireuil (Les) > Château de Commarque > Chapelle de Commarque

Chapelle de Commarque

La chapelle du château de Commarque aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil est un exemple assez rare de sanctuaire-porte. C’est-à-dire qu’elle est à la fois un lieu de culte et la porte d’entrée au castrum.

La chapelle de Commarque est située hors de l’enceinte du castrum, à l’est de la basse-cour du château. Elle est élevée au bord de l’à pic dominant le chemin de la Beune, menant à Beynac. Ce lieu de culte est dédié à saint Jean, probablement en raison de la présence sur ce chemin d’une fontaine miraculeuse (en référence à saint Jean-Baptiste).

La chapelle présente un plan et une architecture simples, à l’image des constructions du Sud-Ouest. Elle est bâtie sur un plan rectangulaire : à l’est deux travées voûtées en berceau plein cintre et éclairées par trois baies étroites ; à l’ouest une partie découverte, creusée dans le rocher et un mur pignon à trois baies campanaires.

La partie orientale est la plus ancienne. En effet, la chapelle primitive était sans doute constituée d’une nef unique terminée par un chevet plat, l’ensemble étant voûté en berceau brisé. Elle n’est pas antérieure au XIVe siècle, les armes des Beynac étant gravées sur la clé de voûte centrale (les Beynac ne sont arrivés à Commarque qu’à la fin du XIIIe siècle) et la chapelle n’étant pas mentionnée avant 1325. Cette première construction a été agrandie à une époque postérieure et dotée d’un clocher-pignon.

Sous le chevet, a été aménagé un passage voûté également en berceau brisé et menant au chemin de la fontaine. La chapelle sert donc d’entrée dans le domaine de Commarque. Elle est d’ailleurs pourvue de vantaux et de barres de fermeture. Située à un endroit vulnérable, la chapelle n’est pourtant pas fortifiée. Elle joue ainsi un rôle symbolique : le castrum est confié à la protection divine.

La chapelle de Commarque n’est ni une chapelle castrale ni une église paroissiale, mais un sanctuaire réservé aux habitants du castrum. Elle a complété l’implantation castrale, tant du point de vue résidentiel (des maisons se sont installées autour) que défensif (accès par la chapelle).


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Dominique Audrerie (1993). Vieilles églises du Périgord, les clochers murs en Périgord, RIS, BibTeX.

Cléyet-Merlu (1990). Aimer les Eyzies, capitale mondiale de la préhistoire, RIS, BibTeX.

Evelyne Lemasson (1987). Le château de Commarque en Périgord, RIS, BibTeX.


Partager cette visite