Région Aquitaine Vous êtes ici : Mon Aquitaine >

Accueil > Lot-et-Garonne > Marmandais > Caumont-sur-Garonne

Caumont-sur-Garonne

Placée stratégiquement sur un plateau dominant le cours de la Garonne, Caumont a su tirer sa richesse du commerce fluvial ainsi que d’un poste de péage.

Les découvertes archéologiques indiquent que le territoire de Caumont-sur-Garonne est occupé dès le Néolithique, même si le tumulus de Caumont Vieilh a aujourd’hui disparu. Des siècles plus tard, durant l’Antiquité, les Romains fondent une cité appelée Vernemetis. Sa fondation est sans doute contemporaine à celle de l’actuelle commune du Mas-d’Agenais.

Au VIe siècle, une chapelle est élevée par Léonce dans la cité en l’honneur de saint Vincent. Au cours du haut Moyen Age, des mottes féodales sont construites à Caumont Vieilh sur l’ancien tumulus protohistorique et à Guillemont près du port. L’ancienne cité romaine fait peu à peu place à la ville de Caumont, qui obtient ses coutumes en 1289. À cette date, elle est déjà dotée d’un château et entourée de murailles. Elle appartient aux Caumont, propriétaires de la seigneurie jusqu’à la Révolution. L’histoire de cette famille est liée à l’histoire de France et aux guerres qui l’ont frappée. Caumont devient une place forte anglaise lors de la guerre de Cent Ans, mais passe successivement dans le parti français ou dans le parti anglais. Lors des guerres de Religion, elle est tantôt aux mains catholiques, tantôt à celles des protestants, même si les Caumont sont du côté de la Réforme.

La seigneurie de Caumont est érigée en duché-pairie en 1605. Dix-huit ans plus tard, la ville et son château sont rasés sur ordre du roi. Un nouveau bourg se construit, autour d’une nouvelle église, dans un vallon, appelé Marais Périguet. La Révolution crée la commune de Caumont-sur-Garonne, dans le canton du Mas-d’Agenais. Son territoire intègre la paroisse du même nom et l’annexe du Mas-d’Agenais, Saint-Martin-de-Lesque.

Caumont-sur-Garonne est, de nos jours, une commune à vocation agricole et touristique, notamment avec l’ouverture d’une maison du patrimoine et l’exploitation du canal latéral à la Garonne.


Commune

  • Nom des habitants : Caumontais, Caumontaises
  • Superficie : 1161 hectares
  • Population : 557 habitants (2005)
  • Cours d'eau :

    la Garonne, le canal de Garonne

  • Origine du nom et description du blason :

    La commune de Caumont-sur-Garonne doit son nom au terme calvus mons signifiant « mont chauve, dénudé, usé, pelé ». Les armes des Caumont-La-Force sont : « d’azur à trois léopards d’or, armés, lampassés et couronnés de gueules, l’un sur l’autre. Supports : deux licornes. Couronne et manteau de duc . Devises : Fortior coronatur. - Fit via vi  ».


Informations pratiques

Mairie de Caumont-sur-Garonne : 05.53.93.64.08

Office de toiurisme du Mas d’Agenais : 05.53.89.50.58


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chanoine Durengues Fonds Durengues, RIS, BibTeX.

Valéry d’Amboise (1997). Dictionnaire d’Amboise, Aquitaine, RIS, BibTeX.

Brieuc Fages (1995). Carte archéologique de la Gaule, le Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

(1984). “Églises paroissiales et bourgs dans le diocèse d’Agen”, in Revue de l’Agenais, RIS, BibTeX.

Société académique d’Agen (1926-1927). “Toponymie agenaise. Essai sur l’origine et la signification des noms de lieu de l’Agenais”, in Revue de l’Agenais, RIS, BibTeX.

M. Amen et M. Maillé (1993). Le Lot-et-Garonne. Géographie du département, RIS, BibTeX.

Daniel Benquet (2001). Les Grandes Heures de Caumont. Histoire des seigneurs, du village et du château de Caumont-sur-Garonne, RIS, BibTeX.

Société académique d’Agen (1989). “Le démantèlement des grandes seigneuries et ses conséquences sur l’architecture (Cantons de Meilhan-sur-Garonne et du Mas-d’Agenais)”, in Revue de l’Agenais, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu