Accueil > Landes > Landes océanes > Castets

Castets

Site d’un oppidum à l’époque romaine, village fortifié au Moyen Âge, relais des Postes Royales sous l’Ancien Régime : Castets occupe de tous temps une position régionale stratégique. Joliment baptisé Vert-Rameau pendant la Révolution, le village connaît à l’époque moderne une industrialisation efficace, tout en conservant son identité régionale.

Le site de Castets témoigne d’une occupation dès la préhistoire. Des fouilles menées au XIXe siècle mettent à jour des silex taillés en pointes de flèches, et certains écrits attestent la présence d’un dolmen aux alentours du bourg jusqu’au XVIIIe siècle.

À l’époque romaine, le site est ensuite occupé par un oppidum, qui tire parti de sa position stratégique défensive en haut d’une colline.

Au Moyen Âge, alors que les conflits franco-anglais battent leur plein dans la région, le village de Castets se transforme en bourg fortifié. Certains historiens supposent la présence d’un château fort, d’autres envisagent uniquement celle d’un donjon.

À cette époque et pendant tout l’Ancien Régime, le village est le plus important de la baronnie du Marensin, et une étape incontournable sur la route entre Bordeaux et Bayonne. En 1464, cette position est renforcée par un édit de Louis XI, qui y installe un relais de poste.

Castets se trouve désormais sur l’itinéraire d’une Route Royale, qui lui amène la visite de plusieurs personnages célèbres, comme Ignace de Loyola, Le Tasse ou le cardinal Louis d’Este. En 1583, Henri Bourbon, roi de Navarre et futur Henri IV, y fait également un arrêt.

La promulgation de l’Édit de Nantes restaure la paix dans la région, après les terribles années des Guerres de religion. Castets ne connaît plus de violence avant 1755, et la destruction d’une chapelle dédiée à Saint-Pierre.

L’industrialisation se manifeste à Castets par l’installation d’une forge, en 1831, qui reste active jusqu’en 1902. Elle est provisoirement remise en fonction en 1914 pour soutenir l’effort de guerre, puis de nouveau fermée.

L’économie de Castets repose aujourd’hui sur ses industries, sur le tourisme, et enfin sur la pisciculture. Son site de transformation et de conditionnement participe à la prospérité du secteur dans le département des Landes, premier producteur de poisson d’Aquitaine.

Galerie photo

Église Saint-Barthélemy de Castets Salle des fêtes de Castets (architecte : Albert Pomade) Cinéma le Kursaal de Castets Eglise de Castets Espace culturel Emile Vignes Mairie de Castets Castets, Christ en croix Vue de Castets

Commune

  • Nom des habitants : Castésiens, Castésiennes
  • Superficie : 9018 hectares
  • Population : 1930 habitants (2006)
  • Origine du nom et description du blason :

    L’étude du nom « Castets » révèle qu’il peut provenir du gascon castèth ou du latin castellus qui signifient respectivement, « bourg fortifié » et « poste de garde du catrum ». Dans les deux cas, c’est la fortification du village qui lui a apporté son nom.


Informations pratiques

Mairie de Castets : 05 58 89 40 09

http://www.mairie-castets.fr

Office de tourisme : 05 58 89 44 79

http://www.tourisme-landes-bruyeres.com

http://www.castets.stationverte.com

Communauté de communes

http://www.cc-landesnature.fr


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Bénédicte Boyrié-Fénié (1995). Carte archéologique de la Gaule : Les Landes., RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrié-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, RIS, BibTeX.

David Chabas (1972). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et Visages des Landes au début du XXe siècle, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite