Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Béarn > Bruges-Capbis-Mifaget

Bruges-Capbis-Mifaget

Née en 1973 de la réunion de trois villages, la commune de Bruges-Capbis-Mifaget se déploie sur les rives du Beez et du Landistou. Elle apparaît constituée de plusieurs centres qui abritent tous un patrimoine notable.

Les fondations des villages de Capbis et Mifaget datent du XIIe siècle. Elles sont liées à une volonté comtale de créer des aires de peuplement et des lieux de repos pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

La création de la bastide de Bruges au XIIIe siècle répond au même besoin de peuplement et permet en outre, de renforcer la frontière voisine avec la Bigorre. C’est Bertrand de Pujols, lieutenant général de Gaston Fébus, qui est à l’origine de la création de cette bastide, la dernière du Béarn, en 1357.

Si l’intérêt défensif est essentiel, c’est surtout l’aspect financier qui conduit à la fondation de cette ville nouvelle. Le peuplement d’une zone inoccupée et la mise en culture de nouvelles terres sont sources d’importants revenus. D’ailleurs, pour favoriser l’implantation d’habitants, le vicomte de Béarn accorde de nombreux avantages, tels que par exemple, des surfaces plus grandes pour les maisons et les terres labourables.

De cette bastide, il subsiste aujourd’hui la place centrale que domine une église du XVe siècle inscrite aux Monuments Historiques.

Le village de Mifaget possède également une intéressante église, consacrée à saint Michel, et qui comporte la seule crypte du Béarn, datée du XIIIe siècle.

D’autre part, sur le territoire de Capbis, une source, dite « La Houn de Daünos » ou fontaine des fées, joue probablement un rôle dans la fondation du village. L’eau, à forte teneur en fer, est réputée à une époque pour guérir les maux d’estomac.

Pour l’anecdote enfin, Bruges voit naître un célèbre ténor de l’Opéra de Paris puis de Londres et New York, Albert Saléza (1867-1916).

C’est le 1er janvier 1973 que Bruges s’unit avec les deux villages de Capbis et Mifaget, pour former la commune que l’on connaît aujourd’hui.


Commune

  • Nom des habitants : Brugeois, Brugeoises
  • Superficie : 1655 hectares
  • Population : 915 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    Le landistou, l’Arrec, le Béez

  • Origine du nom et description du blason :

    La Bastide de Bruges doit son nom à Gaston Fébus, vicomte du Béarn, qui l’a nommée ainsi au retour d’une expédition militaire en Flandre. Le toponyme de Capbis, quant à lui, vient du gascon cap (« extrémité », « tête") et de Bés , du nom d’un cours d’eau qui prend sa source dans le village. Enfin, Mifaget vient du gascon miei (« au milieu ») et hac (« hêtre »), auxquels on a ajouté le suffixe collectif - et , ce qui signifie donc « au milieu de la forêt de hêtres ».


Informations pratiques

Mairie de Bruges-Capbis-Mifaget : 05 59 71 06 65

Office de tourisme de Pau : 05 59 81 15 98


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Michel Grosclaude (2006). Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, RIS, BibTeX.

Hubert Dutech (2003). Lo Noste Béarn, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite