Accueil > Gironde > Haute-Gironde > Berson

Berson

Situé entre Bourg et Blaye, la commune de Berson révèle de nombreuses empreintes de sa longue histoire, qu’il s’agisse de vestiges gallo-romains, de châteaux d’origine médiévale ou de sanctuaires religieux.

Berson fait l’objet depuis un certain nombre d’années de fouilles archéologiques ayant permis de comprendre plus précisément l’important passé de la commune. En effet, dans un premier temps, les traces d’une civilisation néolithique, retrouvées au lieu-dit "La Roquette" attestent de l’ancienneté de l’occupation du site. Ensuite, vers 1969, un fût de colonne cannelé remployé en margelle de puits est mis au jour à Berthenon. Des céramiques communes gallo-romaines sont par ailleurs découvertes au bourg, ainsi que des tegulae, à Chapelle de Barbefer. En outre, À Commarque, des vestiges d’une villa du bas Empire ou des IVe- Ve siècle sont également mis au jour. Enfin, une prospection au sol en 1998 révèle un certain nombre de sites antiques et médiévaux dans les environs du château du Boisset. Ces nombreuses découvertes attestent toutes, la présence précoce et continue de l’homme sur le site de Berson.

Dans le domaine religieux, le patrimoine architectural est aussi intéressant. La commune se dote d’une église paroissiale placée sous le vocable de Saint-Saturnin, construite au XIIe siècle sur la chapelle d’un ancien prieuré. Berson voit aussi naître au XVIIe siècle, le monastère de Virou, occupé par les Carmes Déchaussés.

Par ailleurs, dans le domaine de l’architecture civile, la commune, prospère, se voit très tôt enrichie de demeures nobles. Au XIIIe siècle, Les Brun de Boisset, famille de milites, édifient une maison forte qui semble être la plus ancienne seigneurie de Berson. Durant la guerre de Cent Ans, cependant, le site fait l’objet de luttes acharnées entre les Anglais et les Français. Mais au XVIe siècle, la famille de La Mirandole s’installe pour deux siècles dans la maison noble Peyredoulle. Un siècle plus tard apparaît une autre importante propriété, le château Puynard.

Néanmoins, la Révolution apporte des changements particulièrement sensibles à Berson en raison du grand nombre de maisons nobles et de propriétés ecclésiastiques qui sont vendues comme biens nationaux, comme le monastère du Virou, la chapelle Sainte-Marguerite ou encore l’église Saint-Saturnin.

Aussi Berson vit-elle principalement de la viticulture. La commune possède en 1874 sur ses 1728 hectares le plus grand nombre de vignes du canton, entre les mains de 150 propriétaires.

Le bourg se décentralise peu à peu vers 1900 et aujourd’hui la moitié de la surface de la commune est cultivée en vigne avec pas moins de 70 viticulteurs.


Commune

  • Code postal : 33047
  • Nom des habitants : les Bersonnais, Bersonnaises
  • Superficie : 1798 hectares
  • Population : 1518 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    controversée, l’origine la plus souvent admise est celle d’une famille romaine nommée Bercius ou Brecius.


Informations pratiques

Mairie de Berson : 05.57.64.35.04

Office de tourisme du canton de Bourg : 05.57.68.31.76

http://www.mairie-berson.com/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(1982). “Abbayes et couvents du Blayais”, in Paris (édité par), Les Cahiers du Vitrezay, RIS, BibTeX.

Arlette Cotton de Bennetot (1989). Berson, RIS, BibTeX.

, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite