Accueil > Gironde > Entre-deux-Mers > Auriolles

Auriolles

S’il est un site d’occupation ancienne dans la région, c’est bien celui d’Auriolles, de nombreux vestiges archéologiques et topographiques en témoignent. Auriolles est un haut lieu de l’Entre-deux-Mers au Paléolithique, ainsi qu’à l’époque romaine, féodale et chrétienne, le bourg se trouvant sur une importante voie conduisant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

C’est dans la grotte du Ciron, creusée par l’ancêtre du petit ruisseau du même nom, que sont retrouvés les vestiges les plus anciens, permettant d’affirmer qu’elle servait d’abri aux hommes du Paléolithique. Des silex, datant du Paléolithique moyen, et le tumulus de Bel-Air, l’un des rares vestiges protohistoriques du département, témoignent de la continuité de l’occupation préhistorique du territoire.

Le site n’est pas abandonné sous l’Antiquité : une voie gallo-romaine y est construite, partant des Girards vers La Coutrasse. Redécouverte et réaménagée à plusieurs reprises, elle sert un temps à marquer la limite entre les territoires d’Auriolles et de Pellegrue. Le site à tuiles, mis au jour vers 1975 en bordure de cette voie, du côté d’Auriolles, date de la même époque. Enfin, le plan cadastral particulier d’Auriolles témoigne d’un projet de centuriation romaine ou d’une bastide, à laquelle on aurait accédé par les angles, comme à Sauveterre.

Au Moyen Âge, c’est le tumulus de Bel-Air qui sert de repère topographique à Auriolles, délimitant la paroisse avec celles de Pellegrue, de Saint-Ferme et de Cazaugitat. Plusieurs chemins mènent à cette butte, rejoignant la voie vers Vézelay. À la même époque, un point d’observation, peut-être une maison forte, est élevé aux Oeillats, aujourd’hui orthographié Les Zeuillats . Les guetteurs communiquent avec des sites similaires, mottes féodales ou castéra, sur le versant opposé de la Durèze. Certaines de ces maisons sont vraisemblablement bâties après la guerre de Cent Ans avec les vestiges de la salle forte des Oeillats, dont quelques murs ont subsisté.

Le chemin traversant le bourg est emprunté par les pèlerins de Compostelle. Après avoir traversé la Dordogne à Pessac, ces derniers rejoignent la voie de Vézelay. Ils empruntent également la voie menant à Soussac et à Castelmoron, traversant le Drot. Un poste d’observation stratégique est élevé au lieu-dit Chevalier , au-dessus de la maison du même nom, à la jonction des deux chemins. Il permet de communiquer avec le château de La Rouquette et Du Puch de Gensac. Les derniers vestiges de sa construction ont été définitivement détruits lors du remembrement.

Haut lieu historique de la commune d’Auriolles, la grotte du Ciron, qui a servi de refuge lors des invasions successives des Vandales, des Vikings et des Sarrasins, est également utilisée comme abri par la population pendant au cours des siècles suivants, notamment durant la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion, mais aussi pendant l’occupation allemande, au cours de la Seconde Guerre mondiale en 1943 et 1944.


Commune

  • Code postal : 33020
  • Nom des habitants : les Auriollais, Auriollaises
  • Superficie : 691 hectares
  • Population : 132 habitants (2008)
  • Cours d'eau :

    la Durèze

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune vient peut-être de « Aux Riolles », lieu où se serait perdue la comtesse Du Puch, ou, selon une étymologie plus contestée, dérive d’« huile d’or », nom donné à l’huile produite par des cultures de noyer.

    Le blason représente la croix « maltée » qui évoque l’église édifiée à l’initiative des Du Puch sur un plateau surplombant le vallon de la Durèze, qu’ils s’attachent à défendre ; les étoiles symbolisent les trois chevaliers partis à Compostelle, Campo de Estella, le « champ de l’Étoile ».


Informations pratiques

Mairie d’Auriolles : 05.56.61.33.58

Office de tourisme de Pellegrue : 05.56.61.37.80


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

MM. Fenet et fils (1888). Atlas du département de la Gironde, sur délibération du conseil général de Gironde du 23 août 1875, RIS, BibTeX.

F. Jouanat (1992). Département de la Gironde : Histoire et topographie,, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite