Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Atur

Atur

Le village d’Atur bénéficie de la proximité de Périgueux qui a favorisé son développement et qui en a fait un lieu stratégique. Aujourd’hui la commune conserve de nombreux témoins de son passé.

La situation géographique privilégiée d’Atur, sur les collines environnantes de Périgueux, en fait très tôt un lieu d’occupation idéal. On en trouve les premières traces dès la Préhistoire, puis sur le site gaulois de la Mare à Bagnac, daté entre 120 et 80 avant Jésus-Christ. D’autre part, les fouilles réalisées dans les années 1960 ont permis d’établir que les Pétrocore, tribu gauloise, se sont certainement installés en ce lieu pour le commerce du vin. En effet, ce site a l’avantage de se trouver à la croisée de plusieurs chemins importants, puisqu’il est traversé par la voie romaine joignant l’antique cité de Vésone (à Périgueux) à Cahors.

Atur prend une certaine importance au Moyen Âge, comme l’atteste la présence de l’église et du cimetière, aujourd’hui signalée par la lanterne des morts. Le village devient également le siège de plusieurs seigneuries, ses collines servant alors de point de guet au sud de Périgueux. Au milieu du XVIe siècle, les protestants en marche vers Périgueux y sont arrêtés, et quelques années plus tard, en 1594, Atur est le théâtre d’un soulèvement de paysans, les Croquants. Cette révolte a lieu à proximité de la fameuse lanterne des morts.

Plus tard, à la fin du XIXe siècle, la commune vit de la culture, et notamment de la vigne, avant qu’elle ne soit ravagée par le phylloxéra en 1880. Elle s’illustre ensuite pendant la Seconde Guerre mondiale, en étant le lieu de l’attaque du groupe de résistants Bir Hakeim. Enfin, le territoire s’urbanise dans les années 1960, grâce à la construction de nombreuses infrastructures.

Atur est aujourd’hui une commune vivante centrée autour de la place de l’église. Ses principales ressources sont toujours la culture maraîchère et l’élevage bovin, mais elle profite également des retombées d’un haras qui se trouve également sur la commune.


Commune

  • Nom des habitants : Aturiens, Aturiennes
  • Superficie : 1913 hectares
  • Population : 1668 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    le Cerf

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom d’Atur est issu du nom propre Asturius, témoignant de l’occupation gallo-romaine de la commune au Ier siècle avant Jésus-Christ. Mais la première mention n’apparait qu’au XIIIe siècle, sous la forme d’Astureu, latinisé au XIVe siècle en Asturio, puis en Astuers. On relève enfin Astur au XVIIIe siècle.


Informations pratiques

Mairie d’Atur : 05.53.03.69.00

Office de tourisme de Périgueux : 05 53 53 10 63

http://www.tourisme-perigueux.fr


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

E. Payen, N. Grousset, J-J Daniel (1994). Atur, Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, RIS, BibTeX.

Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, la Dordogne, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite