Accueil > Gironde > Médoc > Arsac

Arsac

La commune d’Arsac, point de passage de la voie romaine Bordeaux-Soulac, est marquée par son histoire et son origine séculaire. Sa seigneurie est l’une des plus anciennes du Médoc, et son paysage se partage entre vignobles et forêts.

Le site est habité dès l’époque gallo-romaine, comme l’attestent plusieurs tumuli retrouvés sur son territoire, de même que la voie romaine. En effet, à environ quatre kilomètres à l’ouest du bourg, se trouvent les vestiges d’une ancienne voie de communication reliant Bordeaux et Soulac, au nord du Médoc. Ce chemin est mentionné dans les actes de fondation de la sauveté de la Lande de Corn au XIIe siècle sous le nom de « Via Publica » ; plus tard, il est appelé « Levade ».

La commune porte le nom du seigneur d’Arsac, premier seigneur connu de la plus longue lignée du Médoc, qui s’illustre au début du XIIe siècle. À cette époque, le duc d’Aquitaine Guillaume IX, dit « le Troubadour », réunit six cents chevaliers pour libérer l’Espagne de l’invasion musulmane ; parmi eux figure Guillaume Geraud d’Arsac. Celui-ci, à son retour de la bataille de Cutanda, en 1123, fait construire la chapelle de Birac près de la Levade, au sein de la sauveté de La Lande de Corn. Elle constitue alors une halte pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle ou à Bordeaux, depuis les ports du nord du Médoc. Ce site, dont il reste des vestiges, marque la fondation de la commune.

Les descendants du seigneur d’Arsac contribuent à perpétuer et enrichir son histoire, marquée par des faits militaires, notamment lors de la guerre de Cent Ans, et des aventures littéraires. Marguerite d’Arsac épouse en 1553 Étienne de La Boétie. Puis en 1590, Jacquette d’Arsac épouse Thomas de Montaigne, frère de Michel de Montaigne ; leur fils Mathias est le dernier des seigneurs à porter le nom d’Arsac et à posséder le château. En 1706, la famille de Ségur en devient propriétaire, jusqu’en 1817 ; notons que la comtesse de Ségur y écrit Un bon petit diable , au bord du lac. Puis le château est vendu, avant de l’être à nouveau en 1821, à Eugène Rubichon.

La vocation de cette commune rurale est surtout forestière, sa superficie étant majoritairement recouverte de bois de toutes sortes, pourvoyeur de ressources. Le reste est consacré à la vigne, avec des propriétés implantées en appellation Margaux et Haut-Médoc.

Aujourd’hui à Arsac, l’exploitation viticole progresse, en même temps que se développent des activités liées au tourisme vinicole et à la création d’équipements culturels et sportifs.


Commune

  • Code postal : 33012
  • Nom des habitants : Arsacais, Arsacaises
  • Superficie : 3250 hectares
  • Population : 2818 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    du latin arsus, “ brûlé ” ou de l’anthroponyme Arsus.


Informations pratiques

Mairie d’Arsac : 05 56 58 82 23

Office du tourisme le plus proche :

Syndicat d’initiative

30 rue Carnot

33480 Castelnau-de-Médoc

05 56 58 24 90


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

P. Hugon (1857). Statistique du canton de Castelnau-de-Médoc, RIS, BibTeX.

H. Marquessac (1866). Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem en Guyenne, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite