Accueil > Gironde > Entre-deux-Mers > Arbis

Arbis

Au cœur de l’Entre-deux-Mers, à mi-chemin entre Targon et Cadillac, la commune d’Arbis s’étend autour de son château, forteresse médiévale édifiée au sommet d’une colline. Modeste village à vocation agricole, Arbis a su mettre en valeur son patrimoine architectural et viticole.

C’est son site favorable, dominant la vallée de l’OEuille et les villages environnants, qui explique la fondation d’Arbis, au XIe siècle. En effet, au Moyen Âge, les troubles et les guerres incitent les habitants à se regrouper, favorisant le développement du système féodal.

Sous domination anglaise à la suite du mariage d’Aliénor d’Aquitaine, Arbis paie l’esprit d’indépendance de son vicomte, Bernard de Gavarret-Bouville : le site est assiégé par les troupes d’Henri III Plantagenêt. Le seigneur doit se rendre et le château, endommagé, est octroyé à Jean de Grailly. La fidélité de ce dernier à l’égard des Plantagenêt ne se dément pas, si bien qu’Arbis demeure un bastion anglais jusqu’en 1453.

Le repli anglais ne met pas fin au système féodal ; le seigneur d’Arbis, vicomte puis comte de Benauges, dispose de nombreux droits, comme le droit de ban, par lequel notamment il peut imposer l’usage à titre onéreux du moulin ou du four seigneurial. Il est par ailleurs chargé de l’exercice de la justice et recourt à ce titre aux services d’un juge, d’un procureur de justice et de greffiers.

À la famille Grailly succèdent plusieurs seigneurs, mais seule la Révolution vient ébranler le système féodal. Le château est gravement endommagé, mais le village d’Arbis tire un temps profit de la situation en devenant chef-lieu de canton, avant d’être rattaché à Targon en 1795.

Échappant ainsi à l’évolution de nombreuses communes rurales, Arbis connaît depuis les années 1960 une croissance démographique lente, mais quasiment ininterrompue. Ce dynamisme s’explique par la proximité de Cadillac et des vignobles de Loupiac ou de Sainte-Croix-du-Mont, aux productions réputées ; mais également par le développement des propres vignobles d’Arbis, qui ont pour certains obtenu une AOC (appellation d’origine contrôlée : Entre-deux-Mers et Haut-Benauge ).

La commune d’Arbis sait tirer profit actuellement de son patrimoine architectural varié ( le château et sa chapelle, l’église, les moulins... ) comme de ses atouts naturels en organisant différentes manifestations touristiques. Une initiation à l’ULM permet également de profiter de ces joyaux depuis le ciel !


Commune

  • Code postal : 33008
  • Nom des habitants : Arbissois, Arbissoises
  • Superficie : 830 hectares
  • Population : 243 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    du latin arbor, “ arbre ”.


Informations pratiques

Mairie d’Arbis : 05 56 23 62 30

Office de tourisme de Targon : 05 56 23 63 69

http://www.targon-tourisme.net


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

V.A. Malte-Brun, Jules Verne et A. Joanne (1989). La Gironde, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Château de Benauges

    Établi sur une butte dominant la vallée de l’OEuille, dans l’Entre-deux-Mers entre Cadillac et Targon, le château de Benauges occupe un emplacement (...)

    Gironde - Arbis
  • Château Le Vert

    Entouré de vignobles et de prairies d’élevage, le château Le Vert est situé en pleine campagne, dans un écrin de verdure : l’édifice lui-même ouvre sur (...)

    Gironde - Arbis
  • Église Saint-Martin

    Édifice de style roman du XIIe siècle, sans cesse remanié aux siècles suivants, l’église Saint-Martin d’Arbis forme un ensemble d’apparence composite : (...)

    Gironde - Arbis
  • Moulin du Mayne dit le « Grand Moulin d’Arbis »

    L’Entre-deux-Mers ayant longtemps été voué à la polyculture, les habitants ont édifié de nombreux moulins afin de moudre le grain. Des deux édifices (...)

    Gironde - Arbis

Partager cette visite