Accueil > Gironde > Haute-Gironde > Anglade

Anglade

Commune située en aval de la ville de Blaye, sur l’estuaire de la Gironde, Anglade garde des traces de son histoire ancienne, principalement sous la forme de vestiges archéologiques datant de la Préhistoire.

Pour la plupart effectuées au XIXe siècle et au début du XXe, les découvertes archéologiques mettent en évidence l’occupation du territoire depuis les temps préhistoriques.

En effet, le bourg compte à cette période plusieurs buttes, naturelles ou créées par l’homme, dont certaines sont encore visibles. La plupart d’entre elles livrent aux archéologues des objets préhistoriques d’un grand intérêt. Aussi, un imposant dolmen occupe à la même époque une des collines les plus hautes de la région, Cabut, mais il ne subsiste aujourd’hui aucune pierre.

En outre, le terrier Ricard, tumulus situé à l’intérieur des marais de La Vergne, est entouré d’eau durant les mois d’hiver. Les objets qui en proviennent sont ramassés sur la surface réduite de l’îlot, ce qui permet de penser que plusieurs générations campent ou habitent en ce lieu privilégié, depuis le Néolithique jusqu’à la Tène, soit de 6500 à 500 av. J.-C.

L’époque gallo-romaine quant à elle, est particulièrement riche en vestiges, parmi lesquels de nombreux objets rares sont conservés au musée archéologique cantonal, à Saint-Ciers sur Gironde.

L’histoire de la paroisse est attestée par son église, pour partie du XIIe siècle, qui indique la présence continue de la population. Au XIVe siècle, le village est cité sous le nom de Sanctus Martinus d’Anglada, simplifié ultérieurement sous la forme de Langlade, puis Anglade.

On raconte dans la commune que le terrier des Fées, jadis couvert de forêts, est hanté par des fées malfaisantes, moitié femmes, moitié serpents. La nuit, lorsqu’un malheur menace les environs, elles poussent des cris lugubres. Aujourd’hui, cette population fantastique n’est plus qu’un étonnante légende.

Pour ce qui concerne la géographie de la commune, elle est distinctement séparée en deux zones géologiques : d’une part les coteaux couverts de vigne, de l’autre les marais s’étendant aux abords de la Gironde. L’effet des marées y est très sensible, et l’influence océanique est forte.

Aujourd’hui, l’activité de la commune est principalement centrée sur la viticulture, le vignoble s’étendant sur l’aire d’appellation Premières côtes de Blaye. La commune relève donc de Saint-Ciers sur Gironde, chef-lieu de canton, mais dépend aussi de Blaye, où se trouve le syndicat des viticulteurs.


Commune

  • Code postal : 33006
  • Nom des habitants : les Angladais, Angladaises
  • Superficie : 1382 hectares
  • Population : 779 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    du latin angulus, “ angle ”, “ coin ”.


Informations pratiques

Mairie de Anglade : 05.57.64.42.02

Office de tourisme cantonal de Saint-Ciers sur Gironde : 05.57.32.88.88


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Louis Maurin et Francis Tassaux (1979). “Une Borne routière de l’empereur Nerva à Saintes”, in CNRS n°37, Paris (édité par), Gallia, RIS, BibTeX.

Claudine Bastisse et Eric Novak (1998). Le Gabaye, RIS, BibTeX.

Claudine Bastisse (1991). Un trésor carliste en Vitrezay, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite