Accueil > Gironde > Bordelais > Ambarès-et-Lagrave

Ambarès-et-Lagrave

Situées dans les marais de Montferrand, les terres de l’actuelle commune d’Ambarès-et-Lagrave sont embellies par la construction de grandes demeures nobles et bourgeoises entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle.

Le territoire de l’actuelle commune comprend au nord une partie des marais intercommunaux dits de Montferrand et l’extrémité de la terrasse d’Entre-Deux-Mers, versants Dordogne et Garonne. Elle est traversée par l’ancienne voie romaine de Bordeaux à Saintes, dont l’actuelle avenue du Chemin de la Vie suit le tracé.

Au VIe siècle est créée la grande paroisse de Saint-Pierre de Quinsac-en-Barès sur le territoire de la baronnie de Montferrand qui contribue aux premiers développements de la future commune. Six cents ans plus tard est fondée une commanderie de chevaliers du Temple appelée La Grave. Son territoire est alors dissocié de celui de la paroisse d’origine. Elle bénéficie du passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui s’en vont emprunter le port de l’Esperon sur la Dordogne.

Ambarès et Lagrave constituent deux entités encore distinctes lorsqu’au XVIIe siècle, elles commencent à accueillir des nobles et des bourgeois, souvent bordelais, qui viennent y faire construire de belles demeures et y constituer des domaines viticoles. L’installation du siège d’une prévôté royale à Ambarès manifeste l’importance que prend le bourg sous l’Ancien Régime.

En 1763, Jacques d’Audibert de Lussan, Archevêque de Bordeaux, ordonne le démembrement de la grande paroisse par la création de Notre-Dame d’Ambès, chapelle annexe, Saint-Jacques d’Ambès, Saint-Louis de Montferrand, et Saint-Vincent de Paul. La commanderie de La Grave sera également érigée en paroisse quelques années plus tard.

Les deux villages d’Ambarès et Lagrave sont réunis en 1818 afin de ne faire plus qu’une seule commune. Au cours du XIXe siècle sont bâties de nouvelles grandes demeures, tandis que d’autres constructions sont transformées : château de Peychaud, château du Gua, église Saint-Pierre, halle…

De bourgade rurale qu’elle est encore au début du XXe siècle, Ambarès-et-Lagrave devient une commune urbaine en mutation rapide, qui intègre la communauté urbaine de Bordeaux en 1968. Sa population a doublé en cent ans. Elle s’élève aujourd’hui à près de 13 000 habitants.


Commune

  • Code postal : 33003
  • Nom des habitants : Ambarésiens, Ambarésiennes
  • Superficie : 2476 hectares
  • Population : 12955 habitants
  • Origine du nom et description du blason :

    Le toponyme de Lagrave vient de « la grave », qui qualifie un sol dur et caillouteux, celui de la terrasse de Dordogne en bordure des marais de Montferrand. Le toponyme d’Ambarès est issu du nom Tizo de Barès, nouveau baron de Montferrand.


Informations pratiques

Mairie de Ambarès-et-Lagrave : 05 56 77 34 77.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Bardou (1993). Ambarès-et-Lagrave, le carnet de famille, RIS, BibTeX.

Marie-Hélène Maffre Inventaire du canton de Carbon-Blanc, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite