Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Pays Basque > Aïcirits-Camou-Suhast

Aïcirits-Camou-Suhast

La commune d’Aïcirits-Camou-Suhast est la réunion de trois villages différents, tous mentionnés dès le Moyen Âge. Le village de Camou est sans doute le plus connu des trois pour avoir été un bastion du catholicisme.

Au Moyen Âge, la famille Camou prend en effet les armes contre Jeanne d’Albret qui veut imposer le protestantisme auquel elle s’est convertie en 1560. La famille de cette nièce de François Ier règne, entre autres, sur le comté du Béarn.

Le 22 mars 1842, Camou et Suhast s’unissent officiellement en une même entité. En 1972, Aïcirits fusionne avec Camou-Mixe-Suhast mais la commune ne prend son nom définitif qu’en 1984. Essentiellement rurale, elle vit encore de son agriculture.

La commune abrite aujourd’hui dans son château un intéressant musée dédié à la vie agricole et à l’histoire de l’édifice.


Commune

  • Nom des habitants : Aïciristars (Gamouars et Sohastiars)
  • Superficie : 960 hectares
  • Population : 559 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    la Joyeuse

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom d’Aïcirits vient peut-être du terme ira qui signifie fougère, celui de Suhast pourrait venir de zuha(i)tz-ti signifiant plantation d’arbres


Informations pratiques

Mairie d’Aïcirits-Camou-Suhast : 05.59.65.71.74

Office de tourisme de Saint-Palais : 05.59.65.71.78


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Abbé Haristoy (1899). Les paroisses du Pays Basque à la Révolution, volume 2, RIS, BibTeX.

Jean-Baptiste Orpustan (1997). Toponymie Basque, RIS, BibTeX.

Site Internet de l’armoirial des communes du Pays Basque, RIS, BibTeX.

Site Internet de l’INSEE, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite