Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Domme > Abel Boyer

Abel Boyer

Abel Boyer est né à Sainte-Mondanne en 1882. Ecrivain et Compagnon, la commune de Domme fait partie intégrante de sa vie comme de son oeuvre.

Son père est maréchal-ferrant à Domme, tradition poursuivie depuis plusieurs générations. Petit, Abel Boyer avait déjà une passion pour les oiseaux et s’amusait, à l’aide d’une corde, à descendre les dénicher dans les falaises sous la Barre.

Il apprend le métier chez son père puis, à 17 ans, part faire son Tour de France. A la Saint Eloy de l’hiver 1900, il est reçu Compagnon sous le nom de Périgord Cœur Loyal .

Il poursuit son Tour de France, fait le pèlerinage de la Sainte Baume et écrit ses premières chansons.

Il revient à Domme après quatre ans d’absence mais refuse de s’y établir et part à Paris. Il y rejoint les 4 000 ouvriers maréchaux dont plus de la moitié, dira-t-il, sont compagnons.

Son arrivée coïncide avec le début de l’organisation syndicale en France. Quelques mois plus tard, il prend la tête de l’action en faveur non seulement des maréchaux mais parlera pour tout le monde ouvrier. Il épouse les idées anarchistes, fréquente le monde extrême et, la foi l’abandonnant, devient athée.

Appelé par tous à prendre la tête du mouvement ouvrier, Abel Boyer va pourtant cesser son action militante, appréhendant la politisation du mouvement et ses dérives révolutionnaires. Refusant ce chemin, il réintègre le monde des compagnons.

Abel Boyer écrira ses souvenirs dans un ouvrage qui deviendra un livre référence, Le Tour de France d’un Compagnon et qui fera de lui, avec Georges Sand et Agricole Perdiguier, une des grandes plumes du monde des Compagnons. Abel Boyer écrira également bon nombre de poèmes qui, bien que méconnus, sont d’une très grande qualité.

Abel Boyer écrira également un Traité de fauconnerie et d’autourserie car l’homme était un passionné de cet art cynégétique. Il ira même jusqu’à élever des rapaces pour la chasse.

Chercheur infatigable et lecteur passionné, il nouera des contacts avec des spécialistes et notamment avec les fédérations de volerie du monde entier (Allemagne, Angleterre, Maroc, Pays Scandinaves, etc…). De sa rencontre au début des années 50, au premier salon de la nature et de la chasse, avec le Président Vincent Auriol, suivra de très près la reconnaissance de la fauconnerie dans la célèbre Loi Verdeille sur l’organisation de la chasse en France.

La plaque qui est apposée sur sa maison est dévoilée le 21 septembre 1997. A l’occasion de cette cérémonie, Madame Martin, sa petite fille, remet à la ville de Domme, immense honneur, les Couleurs de Compagnons du grand homme. Les trois grandes fédérations du compagnonnage sont représentées pour cet événement, ce qui ne s’était jamais produit officiellement.

Pendant toute sa vie, Abel Boyer sera à l’image de cet enfant intrépide qu’il est à Domme, et au caractère bien trempé. Devenu Compagnon, il va toujours, en quoi que ce soit, vers l’extrême. Des valeurs du Compagnonnage, il se sert pour aller toujours plus loin vers le beau, vers la vérité, vers la chose voulue et entreprise, menée à bien et souvent proche du chef-d’œuvre.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Mairie de Domme, RIS, BibTeX.


Partager cette visite